Chauffe-eau : Prenons un petit coup de soleil

En juillet dernier, a été lancée la quatrième phase de la campagne de subvention gouvernementale pour l’achat de chauffe-eau solaires, en collaboration avec la Development Bank of Mauritius (DBM), dont les points d’enregistrement ont été littéralement pris d’assaut. Quand économie il y a, l’écologie trouve vite sa voie, semble-t-il

Cette nouvelle campagne comprend des subventions à hauteur de Rs 10 000 pour les ménages touchant moins des revenus Rs 25 000 par mois et des subventions de Rs 5 000 pour ceux touchant plus de Rs 25 000 par mois. En deux jours, les points d’enregistrement de la DBM à Port-Louis, Curepipe, Flacq, Triolet et Rodrigues, ainsi qu’aux centres de jeunesse de Rivière-du-Rempart, de Saint-Pierre, de Rose-Belle et de Bambous, et la municipalité de Quatre-Bornes ont été envahis par pas moins de 24 100 candidats, selon la formule du premier arrivé, premier servi. Le nombre d’inscriptions pour cette subvention a largement dépassé les 10 000 bénéficiaires prévus pour cette présente campagne, dont le budget est de Rs 75 millions

Cette forte mobilisation n’a pas manqué de surprendre les responsables du projet, d’autant que c’est la quatrième phase et que déjà plus de 58 000 familles ont bénéficié de cette subvention dans les phases précédentes. Dans la troisième phase, qui avait débuté en octobre 2013, plus de 40 000 demandes ont été reçues et seulement 20 000 d’entre elles ont été acceptées pour un budget de Rs 200 millions. La deuxième phase a, elle, été achevée en décembre 2012, au coût de Rs 134 millions, puisées du fonds Maurice Île Durable.

Face à une aussi forte demande, des mesures supplémentaires ont été prises dans l’urgence pour permettre à un maximum de personnes de bénéficier de cette subvention de l’État, en l’occurrence un projet d’emprunt à faible taux d’intérêt prévu dans quelques mois afin de permettre à un maximum de personnes de bénéficier des avantages de l’énergie solaire.

Echec du premier volet

Les précédentes campagnes du gouvernement sur la promotion de l’énergie solaire à usage domestique avaient fait le buzz. Initialement, ils étaient une dizaine de fournisseurs officiels de chauffe-eau solaires pour satisfaire des milliers de demandes. Au final, ce projet avait attiré beaucoup d’autres fournisseurs peu scrupuleux, profitant des critères d’inscription pas assez stricts pour se faire de l’argent au détriment des familles à qui ils ont fourni des chauffe-eau solaires ne répondant pas aux normes requises. Parmi les critères, on note que les appareils doivent être en acier inoxydable pour résister aux intempéries, d’une capacité minimale de 150 litres et correctement installés. Suite à de nombreuses plaintes, le MID Fund a dû sanctionner quelques fournisseurs pour infraction aux normes, les obligeant à remplacer les appareils non conformes.

Des techniciens formés par le MITD sont les seuls à être habilités à installer les chauffe-eau solaires dans un délai de quatre mois après la commande. Des équipes de surveillance composées de policiers à la retraite et de spécialistes ont été formées pour veiller à la bonne marche de l’exercice et faire des visites surprises afin de s’assurer de la conformité des appareils installés.

Cette année, les critères sont tellement stricts que beaucoup de compagnies, ayant plus de dix ans d’expérience, n’ont pu participer à cette nouvelle campagne. Tous les fournisseurs devaient déposer la somme d’un million de roupies dans un très court délai. Hélas, certains avaient déjà prévu de refaire leurs stocks et se sont retrouvés à court d’argent. Pourtant, la logique veut que le gouvernement aurait dû privilégier ceux qui n’ont jamais eu de problème avec leur clientèle auparavant et qui ont une certaine expérience.

Des résultats prometteurs

Depuis la première phase du projet en 2008, les recherches menées par le fonds Maurice Île Durable a conclu que l’introduction des chauffe-eau solaires a permis de réaliser beaucoup d’économies en termes de consommation d’électricité et de gaz. La demande pour les chauffe-eau électriques et à gaz a considérablement diminué. Depuis le début du projet, la consommation de gaz de pétrole liquéfié (GPL) a chuté de 786 tonnes par an. Il en est de même pour la consommation d’électricité, qui a connu une baisse de 3 466 MwH par an. Ces baisses représentent une économie annuelle de Rs 54,2 millions depuis 2008, soit un total de près de Rs 380 millions à ce jour. De plus, on a aussi pu observer une diminution conséquente dans le taux d’émission de dioxyde de carbone à hauteur de 5 204 tonnes par an.

A long terme, ce projet devrait ainsi permettre au pays de devenir beaucoup moins dépendante des énergies fossiles, ce qui cadre parfaitement avec le projet Maurice Île Durable qui milite pour l’écologie et l’utilisation des sources d’énergie renouvelables.

Les avantages du chauffe-eau solaireL’avantage essentiel du chauffe-eau solaire est qu’il utilise l’énergie renouvelable du soleil, disponible en abondance tout au long de l’année, et est donc très adapté aux climats tropicaux comme Maurice. De plus, contrairement à d’autres sources d’énergie, notamment les énergies fossiles telles que le gaz, le pétrole ou le charbon, l’énergie générée par le chauffe-eau solaire ne produit aucune émission de dioxyde de carbone (CO2).

Cependant, bien que ces avantages soient indéniables, il est aussi important de noter que l’acquisition du chauffe-eau solaire entraîne invariablement des coûts plus ou moins élevés, dépendant de la taille et du modèle de l’appareil. Selon les besoins, l’investissement de départ est généralement compris entre Rs 10 000 et Rs 60 000. Malgré la subvention de l’État, une partie des bénéficiaires doit financer en grande partie l’achat de l’appareil payable à moyen ou à long terme, dépendant de la capacité de l’appareil en question. Cet investissement initial peut cependant facilement être amorti dans le temps si on tient compte des coûts mensuels du chauffage à gaz ou à l’électricité en plus des avantages pour l’environnement.

Cedric Cupidon, Manager à Solartech, est d’avis que le projet ‘Solar Water Heater’ est une très bonne initiative du gouvernement visant à aider les familles. L’obtention d’une subvention à l’achat d’un chauffe-eau solaire aide à diminuer les émissions de gaz à effet de serre et à promouvoir l’énergie renouvelable. C’est un très bon investissement qui permettra de réduire les factures d’électricité ou de gaz, et aussi d’éviter des accidents tels que des courts-circuits ou des fuites de gaz.

Solartech est fournisseur depuis le tout premier projet de subvention pour l’achat de chauffe-eau solaires et reçoit beaucoup de commandes. Puisque la qualité du service est importante, cette entreprise fait en sorte de satisfaire tous ses clients par des produits de qualité, une garantie de confiance et un service après-vente dans les plus bref délais.

En tant que fournisseur, Solartech doit s’assurer que les appareils soient aux normes requise. « Nos chauffe-eau solaires sont fabriqués en acier inoxydable de grade 304 et 316, et on utilise de l’aluminium pour le support car c’est un matériau aussi résistant et durable que l’acier et qui coûte moins cher », explique notre interlocuteur.

A Solartech, le service après-vente concerne les réparations, le remplacement des pièces défectueuses, le déplacement et aussi la maintenance. L’entretien d’un chauffe-eau est important car au fil du temps, beaucoup de résidus s’accumulent dans le réservoir et les tubes. Cela pourrait abîmer le matériel, réduire sa durée de vie et l’eau provenant du chauffe-eau serait impropre à la consommation.

capitalmedia

Read Previous

Carina Gounden, militante et passionnée d’écriture : « On traîne encore beaucoup de casseroles à Maurice ! »

Read Next

AfrAsia en partenariat avec le Canada et l’Ethiopie