trois banques captent illégalement 80% des injections de liquidités de la Banque centrale de la cemac

(Agence Ecofin) – Le Fonds monétaire international (FMI) révèle, dans un récent rapport consacré à l’économie de la Cemac (Cameroun, Centrafrique, Congo, Gabon, Guinée équatoriale et Tchad) qu’« environ 80% du total des injections de liquidités de la Beac [Banque des Etats de l’Afrique centrale, Ndlr] est destiné à trois banques d’importance systémique ».

Le problème c’est que ces établissements qui sont certes « en proie à des difficultés de liquidités », « disposent de garanties suffisantes pour accéder aux opérations monétaires normales ». Or, selon le gouverneur de la Beac, Abbas Mahamat Tolly (photo), les apports de liquidités de la Banque centrale visent des banques qui, « en plus des problèmes ponctuels de liquidité », « n’auraient pas des collatéraux de bonne qualité pour venir au marché monétaire se faire financer ».

L’institution de Bretton Woods ne dévoile pas l’identité des trois banques qui captent illégalement les injections de liquidités de la Beac. Mais la liste des établissements de crédit d’importance systémique dans la zone Cemac, publiée par la Commission bancaire de l’Afrique centrale (Cobac), permet de circonscrire le périmètre de recherche.

Selon cette source, les 10 banques d’importance systémique de la sous-région sont : Afriland First Bank, BGFIBank Gabon, BGFIBank Congo, Bicec, CCEI Bank Guinée équatoriale, Commercial Bank Tchad, Ecobank Cameroun, Société commerciale de Banque Cameroun, Société Générale de Banques au Cameroun et Standard Chartered Bank Cameroun.

Réformes

Pour résoudre le problème, préconise le FMI, la Banque centrale devrait, depuis fin juillet 2019, élaborer une nouvelle réglementation pour surveiller et aider les banques de la sous-région qui se heurtent à des problèmes de liquidité.

Cette nouvelle réglementation devrait établir des critères spécifiques pour déterminer si une banque rencontre des problèmes de liquidité (comme la dépendance vis-à-vis des liquidités de la Beac ou des manquements répétés aux exigences réglementaires en matière de liquidité) et exiger de ces établissements la présentation d’une stratégie crédible de financement qui permettrait de réduire, pendant une période raisonnable, leurs besoins en liquidité auprès de la Beac. La mise en œuvre de cette stratégie de financement devrait être contrôlée par la Cobac et les banques devraient faire l’objet de sanctions en cas de manquement.

Par ailleurs, ajoute l’institution, « la Cobac, qui surveille la liquidité bancaire au sein de la Cemac, prévoit de réviser le ratio de liquidité prudentielle pour le rapprocher des normes internationales, d’ici à la fin 2019 ».

Conséquences

Dans ce contexte, constate le FMI, les injections totales de liquidités de la Beac n’ont diminué que d’environ 100 milliards FCFA entre juin 2018 et mai 2019. Cette diminution n’a pas suivi le rythme de l’accumulation de liquidités excédentaires qui a atteint environ 1 500 milliards FCFA au premier trimestre 2019.

Néanmoins, la réduction des injections de liquidités a entraîné une hausse du taux moyen pondéré des adjudications de liquidités (de 3,52 à 5,85%) et une augmentation du recours à la facilité de prêt marginal à un taux d’intérêt de 6%.

Sylvain Andzongo et Aboudi Ottou

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

Vodacom Congo célèbre la journée internationale de la jeune fille avec « #CODELIKEAGIRL »

Read Next

l’ASUTIC interpelle le gouvernement sur la nécessité d’ouvrir le marché à un 4e opérateur télécoms

%d bloggers like this: