L’Angola dans un roadshow en cette fin de semaine, en préparation à son premier emprunt international de 2019

(Agence Ecofin) – L’Angola a entamé jeudi, une tournée pour rencontrer des investisseurs à Londres et à New York, en vue de l’émission prochaine d’obligations internationales.

Le montant sollicité est pour l’instant non divulgué. L’opération avait déjà été confirmée, en octobre dernier, par Vera Daves de Sousa (photo), la ministre des Finances, en marge des rencontres annuelles de la Banque mondiale et du FMI.

Elle avait précisé que la définition du montant à emprunter, serait en adéquation avec la stratégie d’endettement à moyen terme adoptée par le pays, mais aussi en conformité avec le programme en cours avec le Fonds monétaire international. Lorsque l’information a été donnée pour la première fois par le site internet Macauhub, le montant de 2 milliards $ était avancé en se référant au plan annuel d’endettement adopté par le gouvernement.

Le gouvernement angolais avait déjà emprunté 1,75 milliard $ sur le marché international en 2018, et a obtenu un taux d’intérêt de 9,75%. Sur le marché secondaire, le rendement de ces obligations pour les investisseurs a connu une décote atteignant les 8,18% à fin juillet 2019, avant de remonter à 8,8% au mois d’octobre dernier. Il sera donc intéressant de suivre comment réagiront les investisseurs.

Le pays proposera deux tranches, dont l’une sous la forme de placement privé à des investisseurs spécifiques et l’autre sous la forme d’appel public à l’épargne internationale. La dernière analyse faite par Moody’s sur son profil d’émetteur n’était pas très reluisante. Son endettement a très rapidement gonflé, passant de 24% du PIB à 79,6% à la fin de l’année 2018.

L’Angola est aussi exposé à des risques de chocs extérieurs, en rapport avec une possible dévaluation de sa monnaie et la baisse des revenus du pétrole, son principal produit d’exportation.

Idriss Linge

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

Jack Ma révèle les clés de son succès aux jeunes africains

Read Next

Vodacom Congo additionne ses distinctions nationales et internationales

%d bloggers like this: