Helios Towers manifeste son intérêt pour le marché éthiopien des télécoms qu’il juge riche en opportunités

(Agence Ecofin) – Le gestionnaire de tours de télécommunications, Helios Towers, est très intéressé par le marché télécoms éthiopien qui prépare son ouverture aux investisseurs étrangers.

L’entreprise estime qu’au cours des trois à cinq prochaines années, l’activité devrait être rentable au regard du besoin en tours télécoms pour l’extension de la couverture réseau à travers le pays. Helios Towers, qui estime que la demande éthiopienne de tours de télécommunications atteindra 10 000 unités, considère qu’il faudra investir 1,5 milliard USD.

Au cours d’un entretien accordé au journal éthiopien The Reporter, Kash Pandya, le président-directeur général de Helios Towers, a souligné que l’entreprise télécoms n’a aucune intention de participer à la privatisation en cours du secteur des télécommunications ni de soumissionner pour une licence d’exploitation en Ethiopie, mais souhaite acquérir des tours existantes, si Ethio-Telecom a l’intention de les vendre.

Tom Greenwood, le directeur financier de la société, a ajouté que son ambition est de devenir un acteur majeur dans le développement des infrastructures de télécommunications passives en Ethiopie.

Grâce à ses intérêts au Ghana, en Tanzanie, en RD Congo, au Congo et en Afrique du Sud, Helios Towers détient actuellement plus de 7 000 tours télécoms sur le continent. Actuellement, il y a environ 8 000 tours de télécommunications en Ethiopie.

Pour Betram Dreyer, le représentant de la German Investment Corporation (DEG), le responsable du département en charge des infrastructures de télécommunications pour KfW, les gestionnaires de tours télécoms qui s’engageront en Ethiopie devront avant tout résoudre les questions d’accès à la terre, d’accès à l’électricité, de sécurité et de rapatriement de devises.

Lire aussi :

27/02/2019 – Afrique du Sud : Helios Towers songe à construire un millier de tours télécoms dans les trois prochaines années, en prélude à la 5G

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

Au Kenya, Farmshine lève des fonds auprès de l’investisseur américain Gray Matters Capital

Read Next

Moody’s légèrement pessimiste sur les perspectives du secteur bancaire africain pour l’année 2020

%d bloggers like this: