Le sud-africain Santam rejoint le groupe des assureurs qui ont lâché le transporteur aérien South African Airways

(Agence Ecofin) – Trois compagnies d’assurance de voyage en Afrique du Sud ont cessé de couvrir les billets émis par South African Airways (SAA) contre un risque d’insolvabilité, assombrissant davantage les perspectives de la compagnie aérienne en difficulté. Santam’s Travel Insurance Consultants, filiale de l’assureur Santam, est la dernière à avoir décidé d’abandonner SAA, après que l’agence de voyage australienne Flight Centre Travel Group a indiqué qu’elle cessera de lui vendre des billets dès cette semaine.

Dans le même sillage, l’entreprise qui gère la filiale assurance de voyage du groupe Hollard Insurance et une vendeuse d’assurances chez Bryte Insurance en Afrique du Sud ont fait savoir, selon des propos rapportés ce vendredi par Reuters, qu’elles avaient également exclu SAA de leurs services de couverture des voyageurs contre tout risque d’un vol qui serait annulé, après que des mouvements de grève ont débuté au sein de l’entreprise.

La compagnie aérienne autrefois l’une des plus dynamiques d’Afrique, n’a pas réalisé de bénéfice depuis 2011 et doit se débattre avec un réseau de lignes non rentables, des avions vieillissants et inefficaces et un surplus de main-d’œuvre ; malgré des plans de sauvetage qui ont englouti plus de 20 milliards de rands au cours des trois dernières années.

Le président Cyril Ramaphosa a averti qu’aucun plan de sauvetage de l’entreprise n’est à l’ordre du jour. Celui-ci tient à préserver le dernier point de crédibilité que lui confère l’Agence de notation Moody’s, et que son pays pourrait perdre si de nouvelles mesures de dépenses publiques à des fins de sauvetage d’entreprise sont annoncées.

Idriss Linge

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

les investissements directs étrangers dans les télécoms ont bondi au 3e trimestre 2019

Read Next

polémique autour de l’acquisition de 20 % de Seychelles Cable and Wireless par le Fonds de pension national

%d bloggers like this: