les employés de Telecel interpellent le gouvernement sur un risque de faillite imminente de la société

(Agence Ecofin) – Dans un courrier daté du 15 janvier 2020, les employés de l’opérateur de téléphonie mobile Telecel, inquiets, ont interpelé le ministre des Technologies de l’information et de la Cybersécurité du Zimbabwe, Jenfan Muswere, représentant de l’actionnaire principal qu’est le gouvernement, sur la faillite qui guette la société télécoms si rien n’est fait pour résoudre les problèmes financiers qu’elle traverse.

D’après David Mhambare, le secrétaire général du Syndicat des travailleurs des communications et des services connexes du Zimbabwe, les revenus ont chuté à une moyenne de 7 millions de dollars zimbabwéens par mois, après les révisions tarifaires, alors que le concurrent NetOne dans lequel l’Etat est également propriétaire enregistre une moyenne de revenu mensuel de 90 millions de dollars zimbabwéens.

« Sans mentionner la question des traitements et salaires qui sont restés très bas et non compétitifs dans l’industrie, les travailleurs sont davantage préoccupés par la viabilité de l’entreprise. L’entreprise est désormais techniquement insolvable et ne paie pas les créanciers, en fait les dettes dépassent désormais de loin les actifs », a révélé David Mhambare.

Il a ajouté que « les abonnés actifs sont passés de 2,2 millions en 2014 à environ 800 000 en décembre 2019. La norme de disponibilité du réseau a chuté de 99,99 % à seulement 40 % et les cartes SIM ne peuvent pas être remplacées, car les systèmes de réseau mobile sont en panne ». Même la couverture réseau de Telecel a chuté à près de 65 %. 

En 2015, le gouvernement avait décidé d’entrer dans le capital de Telecel dans l’optique d’en faire une compagnie détenue par des investisseurs locaux, qui créerait de la richesse et de la valeur pour les populations. Mais quatre ans plus tard, la société télécoms est minée par divers problèmes qui mettent en péril la belle ambition gouvernementale. Si rien n’est fait pour redresser la barre, la décision de racheter la majorité des actions de l’entreprise à la compagnie Vimpelcom pourrait finalement avoir été un mauvais choix.

Lire aussi:

16/11/2015 – Zimbabwe : le gouvernement a pris le contrôle de Telecel en rachetant les parts de VimpelCom

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

la Beac hausse le ton

Read Next

Société Générale et Yamed Capital créent une joint-venture spécialisée dans la gestion d’actifs immobiliers

%d bloggers like this: