Avec 350 millions $ à disposition, Helios Towers attend la fin du Covid-19 pour lancer son expansion africaine

(Agence Ecofin) – La société Helios Towers, gestionnaire de tours télécoms, détient actuellement 350 millions de dollars issus de sa levée de fonds d’octobre 2019 à la Bourse de Londres et de la dette disponible pour les acquisitions. Mais elle ne peut pas les investir, comme prévu dans son plan d’expansion africaine, à cause de la pandémie de coronavirus qui nuit actuellement aux activités professionnelles de divers secteurs d’activités.

Dans un entretien, Bloomberg rapporte que Kash Pandya, le président directeur général d’Helios Towers, a révélé que le contexte actuel ne favorise pas les opérations d’acquisition. « Ce n’est pas que les discussions soient au point mort, car on peut toujours avoir des conférences téléphoniques, mais pour que de véritables fusions et acquisitions se produisent, vous avez besoin de choses comme des enquêtes sur le terrain […] Ce sera plus lent pendant quelques mois, mais le monde devra revenir à la normalité à un moment donné », a expliqué Kash Pandya.

Helios Towers, qui est présent dans plusieurs marchés sur le continent, notamment le Nigeria, la Tanzanie, l’Afrique du Sud, envisage d’entrer en Éthiopie, ambitionne d’acheter 2 500 tours au cours des cinq prochaines années et d’en construire un nombre similaire. Kash Pandya s’est voulu rassurant quant à la capacité de la société à traverser la crise sanitaire actuelle.

Il a affirmé qu’elle a gagné une certaine expérience dans ce genre de situation au regard « des moments comparables et difficiles traversés sur certains de nos marchés auparavant, comme en République démocratique du Congo avec l’épidémie d’Ebola ».

Lire aussi:

09/12/2019 – Helios Towers manifeste son intérêt pour le marché éthiopien des télécoms qu’il juge riche en opportunités

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

Life in the time of corona By Reuters

Read Next

China’s big donors are pitching in to deal with the new coronavirus – and not just in their own country

%d bloggers like this: