la Bourse a attiré peu d’investisseurs en 2019, selon le régulateur des marchés financiers

(Agence Ecofin) – Algiers Stock Exchange, la principale place boursière d’Algérie a été peu attractive au cours de l’année 2019, affirme le régulateur du marché financier algérien dans son rapport annuel 2019 récemment publié. L’organisme de surveillance du marché des valeurs mobilières constate qu’il y a eu un faible niveau de liquidité sur le marché.

Bien que les échanges en bourse (en valeur et en volume) aient progressé au cours de l’année 2019, ces transactions n’ont porté globalement que sur un seul titre (Biopharm), déplore la Commission d’organisation et de surveillance des opérations de bourse en Algérie (Cosob).

Le groupe pharmaceutique algérien Biopharm a été la principale entreprise cotée à avoir animé le marché boursier en 2019. Il a mis en vente près de 29 023 actions dans le cadre d’un contrat visant à renforcer sa liquidité. En plus, le nombre de comptes-titres (comptes détenant des titres financiers que sont les actions, obligations…échangeables en bourse) relativement stables depuis quatre années, a baissé pour se situer à 21 448 en 2019.

« Statistiquement, cela représente l’équivalent de 5 investisseurs pour 10 000 Algériens ; ce qui est un chiffre très insignifiant », poursuit le régulateur du marché financier. Pour améliorer cette situation, la Cosob propose l’admission d’une dizaine de sociétés publiques et privées sur le marché boursier ; ce qui contribuera à améliorer l’attractivité de la bourse et à drainer l’épargne des ménages.

Pour le moment, une seule société, AOM Invest Spa, est cotée sur le compartiment PME du marché des actions de la Bourse d’Alger. Dans le courant de l’année 2019, aucun visa pour l’émission d’emprunts obligataires n’a été délivré par la Cosob et aucune obligation n’a été admise à la cote officielle de la Bourse d’Alger.

Chamberline Moko

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

Contact tracing apps are vital tools in the fight against coronavirus. But who decides how they work?

Read Next

Asia’s pandemic stimulus may slow the demise of coal By Reuters

%d bloggers like this: