S&P Global Ratings écarte une dévaluation du FCFA de la zone CEMAC en 2020, malgré un risque de fragilités extérieures

(Agence Ecofin) – L’agence américaine de notation S&P Global Ratings a estimé dans une note d’analyse publiée le 14 mai 2020, qu’une dévaluation du franc CFA utilisé en zone CEMAC n’est pas envisagée sur l’année 2020, malgré des fragilités observées tant sur le plan de l’équilibre budgétaire que de la balance de paiement des pays qui la composent.

« Les risques de dévaluation de la monnaie sont faibles compte tenu de la garantie de convertibilité de la France ainsi que d’un important soutien financier bilatéral et multilatéral et des programmes existants du FMI soutenus par les bailleurs de fonds. En outre, nous prévoyons que les chocs liés à la pandémie de covid-19 seront temporaires et que les prix du pétrole rebondiront en 2021 », ont expliqué les analystes de l’institution.

Bien que légèrement différente et plus positive, cette position ne s’éloigne pas trop d’une analyse plus récente de Fitch Ratings qui a estimé que la pandémie aurait un impact non négligeable sur la capacité à exporter du pays ; ce qui risque de conduire à un ajustement monétaire si les choses en venaient à s’aggraver ultérieurement.

Dans son rapport de politique monétaire publié fin mars 2020, la BEAC (Banque centrale) a aussi soulevé l’existence de ce risque, mais a par la suite apporté des précisions indiquant que les réserves de change étaient confortables, et s’étaient améliorées pour couvrir désormais jusqu’à 5 mois d’importation de la sous-région. L’analyse de S&P Global Ratings comporte cependant des détails à suivre.

Le premier, c’est que la sous-région repose sur le Cameroun, dont le poids économique est de 42% de l’ensemble. Ce pays est aussi pour beaucoup dans la solidité des réserves de change de la sous-région. Selon un autre document de la BEAC, le solde du Cameroun au compte d’opérations était de 2062 milliards FCFA, soit un peu plus de 55,2% des réserves globales de la CEMAC.

Si ce pays subit d’importants chocs, cela entraînera de fait des conséquences pour les autres pays de la sous-région. Même si la situation se stabilise, le Cameroun devra faire face à un choc extérieur, un déficit budgétaire qui reste important même si bien maitrisé, et plusieurs foyers de crises sécuritaires. S&P Global Ratings a d’ailleurs pour cela abaissé sa note sur le pays.

Le deuxième facteur de risque, c’est que l’ensemble des pays de la CEMAC compte sur le pétrole pour générer les revenus en devises or cette ressource naturelle fait face à des difficultés en cette période, et les dynamiques haussières ne sont pas constantes. Il y a cependant plusieurs facteurs positifs qui suscitent l’optimisme. 

Déjà, l’ensemble des pays de la sous-région, à l’exception du Congo-Brazzaville, a reçu un montant global de 529 millions $ du Fonds monétaire international pour faire face à la crise qu’impose le coronavirus. Ce sont des prêts, mais cela repousse les risques.

Un autre point positif, c’est que les pays arrivés en fin de programme avec le FMI pourraient renouveler un nouveau programme triennal et le Congo devrait finalement obtenir un accord sur son tout premier programme. Enfin, dans son rapport financier de 2019, la BEAC a indiqué que le niveau de 50% des réserves de change était aujourd’hui dépassé, renforçant le jeu de garantie de convertibilité par la France.

Idriss Linge

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

Gold Up With Investors Digesting Mixed Chinese Data By Investing.com

Read Next

Two refs are better than one, so why does the NRL want to drop one?

%d bloggers like this: