1,1 milliard $ de bénéfice net global pour des banques cotées au premier semestre 2020

(Agence Ecofin) – Le top 11 des banques cotées sur le Nigerian Stock Exchange a réalisé sur le premier semestre 2020 un bénéfice net global de 1,1 milliard $. Une résilience en ces moments de covid-19, mais qui semble ne pas suffire pour les investisseurs.

Les 11 plus grandes banques cotées de la Bourse de Lagos (exception faite d’Ecobank basée au Togo) ont publié leurs résultats financiers du premier semestre 2020 faisant ressortir un bénéfice net cumulé de 422,7 milliards de nairas soit l’équivalent de 1,1 milliard $ au taux de change actuel.

Cette performance est en hausse de 3,96 % comparativement à celle de la même période en 2019. Elle peut être jugée comme étant solide, car l’année précédente, le facteur coronavirus n’existait pas et la baisse des prix du pétrole n’était pas aussi prononcée qu’actuellement.

En effet, compte tenu de l’incertitude que provoque la pandémie avec son effet négatif sur les économies, les banques analysées ont dû faire des provisions comptables de 119 milliards de nairas (309,6 millions $) pour faire face à d’éventuels risques sur le crédit accordé à leurs clients.

Prises globalement, ces provisions sont en hausse de 168 %. Mais pour Stanbic Bank, la progression de cet indicateur est de 1380 %, car sur la même période en 2019, elle avait effectué des reprises de provisions de 555 millions de nairas, alors que sur les 6 premiers mois de 2020, elle a dû mettre de côté 6,5 milliards de nairas.

Sur le plan de l’activité bancaire pure, les 11 banques analysées ont plutôt été résilientes. Les revenus d’intérêts qui sont surveillés par les analystes et les investisseurs pour mesurer l’efficacité opérationnelle d’une banque sont ressortis sur le premier semestre 2020 à 1395 milliards de nairas (3,6 milliards $). C’est tout juste 2% de moins que ceux de la même période en 2019, et une grosse performance, compte tenu du contexte et des indicateurs plutôt alarmistes sur l’économie nigériane.

Les banques ont par ailleurs su gérer leurs coûts et trouver de nouvelles opportunités générant des revenus. Un indicateur qui a attiré l’attention est celui des gains sur les opérations de trading et autres produits financiers.

Ils se sont hissés à 339,8 milliards de nairas (884,2 millions $) pour l’ensemble des banques examinées. C’est une hausse de 182 % pour ces entreprises, mais pour Access Bank, elle est de 3188 %.

Malgré cette solide résilience, ces banques peinent toujours à attirer les investisseurs, si on se fie à la performance de leurs actions cotées sur le marché financier nigérian. Rien que le 8 septembre 2020, Guaranty Trust Bank, la plus importante banque cotée du Nigeria, a perdu 6,18% de valeurs boursières. Pour les 11 banques, la perte représente une moins-value de 139 millions $ en une seule journée.

Il n’est pas exclu que les investisseurs qui ont poussé les titres bancaires de la Bourse de Lagos vers le bas soient des gestionnaires de fonds boursiers ciblant les marchés frontières. Le Nigeria a fait l’objet de préoccupation en raison des difficultés à faire sortir les capitaux en devises ; ce qui est dû à un contrôle plus strict de change imposé par la Banque centrale. Aussi, les mauvaises nouvelles qui s’accumulent sur l’économie du pays font craindre une nouvelle crise bancaire.

Idriss Linge



by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

IMF Bi-Weekly Briefing

Read Next

Second wave of floating storage triggered by ailing oil market By Reuters

%d bloggers like this: