Eneo espère boucler son emprunt de 100 milliards FCFA début octobre 2020

(Agence Ecofin) – ENEO, l’entreprise de distribution d’énergie électrique au Cameroun, souhaite mobiliser 100 milliards FCFA. On en sait davantage sur les détails de l’opération qui devrait être bouclée début octobre prochain.

ENEO, l’entreprise en charge de la distribution d’énergie électrique au Cameroun, espère boucler son emprunt syndiqué de 100 milliards FCFA d’ici le 5 octobre prochain, a appris l’Agence Ecofin des sources proches du dossier. Le processus de préparation de l’emprunt se poursuit et un banquier interrogé sur le sujet a confirmé qu’il est dans l’attente de la note d’information qui devrait normalement être disponible avant le 20 septembre.

L’opération séduit en effet de nombreux prêteurs basés à Douala, la capitale économique du Cameroun, pour plusieurs raisons. ENEO est parvenu à résoudre un défi qui plombait son profil d’emprunteur sur le marché camerounais des capitaux. Il s’agit des arriérés que lui devait le gouvernement. Une première partie de près de 54 milliards FCFA a été refinancée grâce à l’appui d’une banque locale et une deuxième tranche d’un montant pouvant atteindre 32 milliards FCFA est sur le point d’être régularisée.

« Le règlement de ces arriérés et d’autres indicateurs nous confirment qu’il y a un réel engagement du gouvernement à soutenir ENEO. Lorsqu’on combine cela à la transformation de la gouvernance d’entreprise mise en place par son actionnaire de référence Actis, pour nous c’est une solide opération », a expliqué un autre banquier consulté sur le sujet.

On devrait retrouver au nombre des participants à cette opération de prêt syndiqué à moyen terme ceux qui interviennent déjà dans la gestion des arriérés de l’entreprise énergétique ou qui ont des relations financières avec elle. Des opérations du genre ne sont pas légion sur le marché camerounais des capitaux. Les inconnues de l’opération sont nombreuses dont le taux d’intérêt et la maturité du prêt qui sera accordé.

ENEO n’est pas couverte par des agences de notation, mais son profil d’émetteur s’est amélioré aux yeux des investisseurs. L’entreprise est présente sur le marché en situation de quasi-monopole et le renouvellement de sa concession jusqu’en 2031 est jugé favorable. Les perspectives de croissance sont aussi perçues comme étant solides tant que le secteur de l’énergie ne subit pas des changements fondamentaux.

Pour autant, la maturité du prêt ne devrait pas dépasser les 5 ans. Une situation qui tient plus de la réglementation en zone CEMAC que de ce qu’on appelle le ratio de transformation. Cette règle impose aux banques commerciales de ne donner en prêt pour un temps précis que des volumes de ressources qu’elles possèdent en dépôt sur une durée équivalente.

Techniquement, une banque commerciale ne peut aisément prêter pour une période donnée que si elle dispose de dépôts pour la même durée. Or, des données de la Banque des Etats de l’Afrique centrale (BEAC) suggèrent que majoritairement, les horizons de dépôt au Cameroun ne sont plus confortables au-delà de 5 ans. Pour ce qui est du taux d’intérêt, un consensus semble se faire autour de 6,5%. Les discussions avec les banques permettront de définir la fréquence des paiements et aussi le montant des commissions pour l’arrangeur de l’opération.

Tout le monde semble vouloir la réussite de l’opération. Le gouvernement ne voudrait pas voir l’entreprise de distribution d’énergie en position de faiblesse, surtout que le Cameroun va accueillir le Championnat d’Afrique des Nations (CHAN) en janvier 2021. Il y a aussi son objectif politique d’accroître l’offre en énergie. Par ailleurs, il n’est pas exclu qu’il y ait eu un bon lobbying d’EDF (Electricité de France) dans les discussions avec les partenaires camerounais.

L’entreprise française n’est pas actionnaire d’ENEO, mais elle sera son premier client une fois achevée la construction du barrage Nachtigal sur lequel EDF a de gros intérêts. Notons qu’en plus du directeur général, un des conseillers en stratégie du distributeur d’énergie au Cameroun est lui aussi un ancien d’EDF.

Enfin, Actis l’actionnaire de référence est en droite ligne avec la mission des firmes de private equity. Il s’agit de développer au mieux le potentiel de cette société de son portefeuille afin d’en avoir la meilleure valeur lorsque sera venu le temps de réaliser son investissement en sortant du capital.

Idriss Linge



by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

IMF Bi-Weekly Briefing

Read Next

China bans German pork imports after African swine fever case By Reuters

%d bloggers like this: