l’Etat détient 70% du contrat signé avec 5C Energy pour combattre les téléphones contrefaits

(Agence Ecofin) – Le Registre des appareils mobiles, système de lutte contre les téléphones contrefaits et volés, entrera en service le 24 septembre en RDC. Le service opéré par 5G Energy est détenu à 70% par le gouvernement. Une redevance de 1 $ et 7 $ a été instaurée pour son financement.

Selon Augustin Kibassa Maliba (photo), le ministre congolais des Postes, Télécommunications et Nouvelles technologies de l’information et de la communication (PT-NTIC), la République démocratique du Congo détient 70% de parts dans le contrat signé avec la société 5C Energy pour combattre les téléphones contrefaits à travers le Registre d’appareils mobiles (RAM) qui sera lancé le 24 septembre 2020.

Lors d’un entretien accordé le 20 septembre à la Radio Top Congo FM, il a affirmé que « dans les contrats que nous signons surtout en B.O.T., Build Operate Transfer, l’Etat est généralement minoritaire. Ici, l’Etat est majoritaire avec 70% parce que nous disons que nous devons inverser la façon de faire les choses ».

Le ministre a souligné que l’objectif du RAM est de mettre fin à l’entrée de téléphones contrefaits, nuisibles à la qualité de services télécoms et à la santé humaine, sur le territoire national. « En tant que gouvernement responsable, nous ne devons plus laisser passer ces choses. Nous devons réagir et nous savons que nous nous attaquons d’une certaine manière aux grands lobbies », a indiqué Augustin Kibassa Maliba. Un moratoire de deux ans est accordé aux détenteurs actuels de téléphones contrefaits pour les changer. Après ils seront bloqués.

Hormis la lutte contre les faux téléphones, le RAM qui sera piloté par l’Autorité de régulation de la poste et des télécommunications du Congo (Arptc) contribuera aussi à combattre le vol de téléphones. Il permettra la géolocalisation et le blocage à distance de tout appareil dérobé.

Pour financer les services du RAM, le gouvernement a instauré une redevance payable annuellement par les consommateurs. 1 USD pour les téléphones simples et 7 USD pour les téléphone 3G, 4G et 5G. « Le gouvernement, avant de fixer le prix de ces services, a tenu compte du coût d’achat et des réalités de la population congolaise et a comparé avec ce qui se passe sous d’autres cieux. Le prix fixé tient également compte de la qualité de service », a souligné le ministre.

Lire aussi:

08/07/2020 – RD Congo: un système électronique pour combattre les téléphones contrefaits



by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

Britain plans law to safeguard City of London’s global standing By Reuters

Read Next

how adopting new tech could drive Australia’s economic recovery

%d bloggers like this: