la Potraz souhaite que l’Etat la débarrasse de la dette héritée de l’opérateur historique

(Agence Ecofin) – L’organe de régulation des télécoms du Zimbabwe souhaite à nouveau se consacrer efficacement à ses missions. Pour y parvenir, il a exhorté le ministère des TIC à reprendre la dette héritée de la Posts and Telecommunications Corporation, lors de sa dissolution en 2000, qui nuit à son pouvoir financier.

Lors d’un atelier de planification stratégique sur les entreprises publiques et parapubliques, tenu le 18 novembre 2020 dans la ville frontalière de Mutare, Gift Machengete (photo), le directeur général de l’Autorité des postes et télécommunications du Zimbabwe (Potraz), a plaidé pour que le gouvernement reprenne au régulateur télécoms la dette héritée de la Posts and Telecommunications Corporation (PTC), l’opérateur historique.

En 2000, lors de la dissolution de PTC – qui a vu la création de NetOne la société de télécommunications mobiles, TelOne le fournisseur de services de télécommunications fixes, ZimPost la société de services postaux et People’s Own Savings Bank (POSB) l’institution financière d’épargne – les dettes de plusieurs millions de dollars enregistrées auprès de partenaires commerciaux par la société publique sont toutes devenues celles du régulateur télécoms. Ce dernier qui doit les régler se plaint qu’elles nuisent à son pouvoir financier et à sa capacité à assurer efficacement ses missions de régulation.

S’adressant au ministre des TIC Jenfan Muswere, Gift Machengete a déclaré que « nous exhortons le gouvernement à reprendre la dette héritée par la Potraz de l’ancienne PTC. Des interventions de votre ministère contribueraient certainement grandement à ouvrir la voie à son repositionnement efficace […] en tant que ministère de tutelle, en particulier d’un point de vue politique, nous pensons que des changements pertinents devraient également être apportés aux politiques existantes pour que l’autorité puisse effectivement se redresser ».

Lire aussi:

21/10/2020 – Zimbabwe: le gouvernement élabore une nouvelle politique pour développer les TIC en 10 ans

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

EU leaders deadlocked over recovery plan after Hungary, Poland veto By Reuters

Read Next

des risques cachés pour les investisseurs internationaux

%d bloggers like this: