L’assureur tunisien Maghrebia cible plus que jamais l’Afrique

(Agence Ecofin) – Après plusieurs années d’investissement en Tunisie et au Maghreb, l’assureur tunisien Maghrebia semble prêt à découvrir d’autres horizons. L’Afrique subsaharienne où elle a déjà une première expérience l’intéresse davantage.

L’assureur tunisien Maghrebia envisage de renforcer sa présence en Afrique subsaharienne, apprend-on de son directeur général, Habib Ben Hassine.

« Nous visons l’entrée dans le capital de grandes entreprises africaines », a-t-il fait savoir dans le cadre d’une interview accordée au magazine financier Ilboursa, dans le sillage de sa prochaine introduction sur la Bourse des valeurs mobilières de Tunisie.

L’entreprise est déjà présente dans la sous-région avec une participation au capital de CICA-Re, une compagnie de réassurance majoritairement contrôlée par les pays membres de CIMA (Conférence interafricaine des marchés d’assurance).

Elle y est entrée avec des actions acquises pour 3,9 millions de dinars tunisiens (DT). Au cours de l’année 2019, elle a acquis pour 1,08 million de DT d’actions supplémentaires.

CICA-Re est actuellement le principal investissement de Magrebia en Afrique et compte pour 66,7% de ses placements sur des sociétés non cotées en bourse. L’idée pour l’assureur de diversifier ses marchés de présence a tout son sens. Le contexte économique en Tunisie constitue un défi pour le placement sur les entités et produits financiers cotés en bourse.

On ne sait pas si l’expansion de Maghrebia concerne uniquement le secteur des assurances, ou si cela implique des prises de participation dans des sociétés d’autres secteurs. Si on met de côté l’Afrique du Sud, les activités de société d’assurance ont progressé dans la plupart des pays africains, même si aucun Etat membre de la CIMA ne figure dans le top 7 des marchés africains des assurances.

Idriss Linge

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

MTN Rwanda veut entrer en bourse au premier semestre 2021

Read Next

Silence please! Why radio astronomers need things quiet in the middle of a WA desert

%d bloggers like this: