38 millions $ pour soutenir l’activité de fourniture d’énergie solaire de Daystar Power en Afrique de l’Ouest

(Agence Ecofin) – Implanté en Afrique de l’Ouest depuis 2017, l’énergéticien Daystar Power qui a vu ses revenus multiplier par 50 au cours des deux précédentes années, veut asseoir sa présence dans la région et poursuivre son expansion au-delà.

Daystar Power, spécialiste de l’énergie solaire en Afrique de l’Ouest, a levé un financement de série B d’un montant de 38 millions $, au cours d’une opération menée par la banque danoise de développement (IFU).

Trois investisseurs étrangers y ont pris part. Il s’agit du fonds d’impact francais STOA, du bras privé du groupe de l’Agence française de développement Proparco et de l’américain Morgan Stanley.

Plusieurs éléments ont motivé cet investissement en l’occurrence « la base clients, les technologies, l’expertise et les compétences de l’équipe de Daystar Power », a souligné Thomas Hougaard, vice-président d’IFU pour l’Afrique subsaharienne.

Ce financement intervient une année après un premier investissement en capital reçu par Daystar Power et porte à 48 millions $, le montant global des investissements mobilisés à cette date par l’énergéticien nigérian qui prévoit de déployer ses solutions solaires à travers l’Afrique de l’Ouest.

L’entreprise fondée à Lagos en 2017 par Christian Wessels et Jasper Graf von Hardenberg va renforcer ses activités sur ses principaux marchés que sont : le Nigeria et le Ghana, et accélérer son expansion en Côte d’Ivoire, au Sénégal et au Togo.

Cette initiative va contribuer à promouvoir l’adoption des énergies renouvelables dans des pays ouest-africains où le réseau électrique national ne parvient toujours  pas à satisfaire l’ensemble de la population.

Chamberline Moko

Lire aussi:

https://www.agenceecofin.com/solaire/2503-64913-verod-capital-management-et-persistent-energy-annonces-dans-un-projet-energetique-de-10-millions-en-afrique-de-l-ouest

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

Abdel Fattah al-Sissi voit grand pour le satellite Tiba-1, censé fonctionner à plein régime en 2021

Read Next

Towards an open and competitive digital space for SMEs

%d bloggers like this: