Kaspersky redoute une recrudescence des cybermenaces en Afrique avec l’explosion du trafic télécoms due à la Covid-19

(Agence Ecofin) – Au regard de la demande en connectivité à haut débit qui s’accentue en Afrique, suscitée par l’adoption de nouvelles habitudes de consommation de la data, Kaspersky interpelle les gouvernements et les entreprises sur la nécessité de renforcer leurs réseaux et systèmes informatiques.

Pour l’année 2021, l’entreprise de cybersécurité Kaspersky redoute une montée en puissance des menaces cybercriminelles en Afrique. Elles viseront aussi bien les particuliers que les entreprises. Dans son bulletin du 12 janvier 2021, Kaspersky indique que ces menaces seront davantage l’apanage de cyber mercenaires, plus aguerris que les traditionnels pirates informatiques. Ils rechercheront des informations sensibles ou privées.

Selon Lehan van den Heever (photo), le conseiller en cybersécurité d’entreprise pour Kaspersky en Afrique, « nos chercheurs prévoient qu’en 2021, à travers le monde, où l’Afrique n’est pas immunisée, il y aura un changement d’approche des acteurs de la menace quant à l’exécution des attaques de type Advanced Persistent Threat [piratage informatique furtif et continu, ciblant généralement une organisation pour des motifs d’affaires ou un Etat pour des motifs politiques, Ndlr], et à ce titre, les organisations doivent accorder une attention particulière aux logiciels malveillants génériques, car ils seront probablement utilisés pour déployer des menaces plus sophistiquées ».

Actuellement en Afrique, la demande en connectivité de haute qualité, suscitée par la Covid-19, ne cesse d’augmenter. Les populations prennent confiance dans les nouvelles habitudes de consommation d’Internet (e-commerce, e-santé, e-gouvernement, etc.). Les Etats se sont engagés à accélérer la numérisation et de plus en plus d’entreprises télécoms investissent dans la modernisation et l’extension de leur réseau pour répondre aux besoins.

Or, selon le dernier « Global Cybersecurity Index » de l’Union internationale des télécommunications, l’Afrique demeure faiblement préparée en matière de cybercriminalité. Le continent est dans le rouge, aussi bien dans l’aspect juridique, technique, organisationnel, que dans le renforcement des capacités et de la coopération.

Pour les entreprises nationales et internationales spécialisées dans la sécurité informatique, les prévisions de Kaspersky font de 2021 une année riche en opportunités d’affaires en Afrique. Research and Markets estime que le marché de la cybersécurité au Moyen-Orient et en Afrique devrait peser 23,4 milliards USD d’ici 2023.

Muriel Edjo 

Lire aussi:

05/11/2020 – L’UE et l’Allemagne mobilisent plus de 7 millions € pour aider la CEDEAO à lutter contre la cybercriminalité

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Muriel Edjo

Source link

Capital Media

Read Previous

Trump directs government to minimize procurement from China By Reuters

Read Next

Cooperation Important to Ensure Digital Economy Delivers

%d bloggers like this: