Avec un prêt de 2,4 millions $, la SFI soutient l’expansion de la société malienne de transformation de mangues Cediam

(Agence Ecofin) – Dans le cadre de son programme de soutien au secteur agro-industriel malien, la SFI a consenti une facilité à une entreprise locale, la Cediam engagée dans la production et l’exportation de produits transformés, à base de mangues.

La SFI, l’institution financière que dirigera le Sénégalais Makhtar Diop, nommé à ce poste ce 18 février, a approuvé un prêt de 2 millions d’euros, (2,4 millions $) en faveur du Centre d’étude et de développement industriel et agricole du Mali (Cediam), une structure présentée comme la plus importante industrie de transformation de mangues du Mali.

La ligne de crédit est constituée d’une facilité de 1 million d’euros consentie par la SFI et d’un prêt concessionnel du même montant accordé par le Guichet pour le secteur privé du programme mondial pour l’agriculture et la sécurité alimentaire, un organisme géré par la SFI.

« Le partenariat entre la SFI et le Cediam permettra de renforcer le secteur agricole du Mali, un secteur important qui contribue de manière significative à l’emploi et au PIB du pays. Le projet met également en lumière la manière dont la SFI et la Banque mondiale coopèrent pour soutenir la résilience du secteur privé dans la région du Sahel, en particulier face aux défis majeurs imposés aux marchés par la pandémie de covid-19 », a déclaré Aliou Maïga, directeur de la SFI pour l’Afrique de l’Ouest et centrale.

Cette facilité s’inscrit dans le cadre du projet d’appui à la compétitivité agro-industrielle au Mali, une initiative mise sur pied par la SFI et la Banque mondiale dans le but de soutenir le secteur agro-industriel au Mali.

Le prêt renforcera les besoins en liquidité sur le court terme du Cediam et lui permettra d’accroître sa production et ses exportations de produits transformés à destination de l’Europe et d’autres marchés. Le financement créera également plus d’opportunités et de revenus pour les agriculteurs maliens engagés dans la production de mangues.

Chamberline Moko   

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

le gouvernement investira 42,9 millions $ dans un pôle technologique à Sonfonia

Read Next

how Facebook’s ban could change the business of news

%d bloggers like this: