La fintech sud-africaine Nomanini éligible à un prêt du FMO visant à financer son expansion

(Agence Ecofin) – Sortant d’une année 2020, avec une meilleure progression de son portefeuille de prêts ainsi que de sa clientèle, le fournisseur de services financiers Nomanini poursuit sa croissance avec le FMO qui s’est engagé avec la fintech dans le cadre d’un récent accord de prêt.

La fintech sud-africaine Nomanini est éligible à un prêt convertible de 500 000 $, accordé par l’institution financière néerlandaise FMO par le biais du Massif Fund, un organisme qu’il a mis sur pied dans le but de financer des entreprises de taille moyenne. Opérationnelle depuis 2010, Nomanini connecte via sa plateforme, des fournisseurs de services financiers aux détaillants du secteur informel.

« Avec le FMO à bord, nous sommes impatients d’élargir nos partenariats pour inclure davantage de prestataires de services financiers partageant les mêmes idées […] La covid-19 a permis de souligner l’importance des entrepreneurs pour leurs communautés ainsi que leur manque d’accès aux outils financiers pour assurer la résilience en cette période de crise », a commenté Vahid Monadjem (photo), CEO de Nomanini.

En 2019, Nomanini affirme avoir multiplié par deux le nombre de commerçants sur sa plateforme. L’entreprise de technologie financière indique également avoir multiplié par quatre le nombre de prêts accordés aux entreprises.

Elle envisage de développer son réseau de prestataires de services financiers. La fintech investira par ailleurs dans le développement de nouveaux produits et compte élargir son équipe. En plus du financement, le FMO mettra à disposition son réseau de partenaires de services financiers pour soutenir l’expansion de Nomanini.

Chamberline MOKO

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

Vodacom Congo et Mondia lancent ‘Mum&Baby’, pour la santé maternelle et la réduction de la fracture numérique

Read Next

Facebook has pulled the trigger on news content — and possibly shot itself in the foot

%d bloggers like this: