La SFI envisage d’apporter 20 % des 100 millions $ que Greenpoint recherche pour son fonds africain

(Agence Ecofin) – A la quête d’investisseurs pour financer son véhicule ciblant des entreprises en Afrique australe, le sud-africain Greenpoint a trouvé un premier partenaire. L’entente avec la SFI profitera davantage aux sociétés en difficulté financière à qui sont destinés les fonds.

A la recherche de 100 millions $ pour son fonds d’investissement centré sur l’Afrique australe, le sud-africain Greenpoint Capital a contacté la Société financière internationale (SFI).

Les discussions engagées entre les deux parties sur l’opportunité de cet investissement pourraient déboucher sur un avis favorable de la filiale du groupe de la Banque mondiale en charge du secteur privé. L’institution s’engagerait alors à hauteur de 20 % du montant total sollicité par Greenpoint.

L’opération ferait de la SFI le nouvel souscripteur du Greenpoint Capital Special Situations Credit Fund. Le véhicule qui couvre l’Afrique australe se focalisera davantage sur l’Afrique du Sud, pays d’appartenance de Greenpoint. Il y réalisera des opérations de prise de participation pour des montants compris entre 50 et 150 millions $. L’accent sera davantage porté sur des entreprises viables, mais qui connaissent des tensions de trésorerie.

Constitué en 2011, Greenpoint affirme avoir conclu 51 transactions à ce jour. Ses opérations visaient prioritairement des entreprises de taille moyenne en Afrique du Sud. Actuellement, ce gestionnaire de fonds est dirigé par Ryan Wood-Collier, un financier qui a passé 14 ans dans le secteur bancaire à Londres, avant de rejoindre Greenpoint en 2013.

Chamberline Moko  

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

Les pays d’Afrique australe veulent s’accorder sur un développement numérique commun

Read Next

The EU wants a carbon border tax on imports – but would it do the job officials expect?

%d bloggers like this: