L’Afrique est perçue comme la zone la plus attractive pour les opérations en equity d’ici 10 ans (AVCA)

(Agence Ecofin) – De belles perspectives s’annoncent pour le private equity en Afrique. Les investisseurs misent sur des années après covid-19 de nette progression.

68 % d’investisseurs considèrent l’Afrique comme la zone la plus attractive pour les investissements en private equity, au cours des 10 prochaines années, souligne une récente étude de l’Association africaine de capital-investissement et capital-risque (AVCA).

Ces investisseurs, interrogés dans le cadre l’édition d’avril 2021 de « l’African Private equity Industry Survey » sont optimistes et s’attendent sur le long terme, à une activité de private equity plus dynamique et positive sur le continent, malgré la période assez difficile de covid-19 sur ce secteur.

Sur l’ensemble des cinq régions du continent africain, 71 % d’investisseurs considèrent l’Afrique du Nord et l’Afrique de l’Ouest comme les zones les plus attractives pour les investissements en equity sur les trois prochaines années.

Ces deux zones sont suivies de près par l’Afrique de l’Est. Le classement va un peu plus loin en donnant des indications sur les économies les plus attrayantes, toujours sur les trois prochaines années.

L’Afrique du Sud qui figurait parmi les quatre marchés africains les plus attractifs dégringole et se retrouve à la 7e place. Le trio est désormais constitué du Kenya, de l’Egypte dont l’ascension est intéressante, du Nigeria qui perd des places et du Maroc qui gagne des points.

En termes de secteurs d’activités, les investisseurs ont identifié la santé, les services financiers, la technologie et les biens de consommation comme les segments les plus attractifs pour des investissements en Afrique, sur les trois prochaines années.

De manière globale, l’étude souligne un sentiment plutôt positif des investisseurs, concernant l’activité de private equity en Afrique sur le long terme. La pandémie qui sévit actuellement a certes affecté le secteur et suscité de l’inquiétude, mais pour l’avenir, les investisseurs semblent optimistes.

Chamberline MOKO

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

Le Nigeria rejoint un cadre de coopération numérique regroupant six pays du Moyen-Orient

Read Next

How many ‘Tyrannosaurus rex’ walked the Earth?

%d bloggers like this: