Le titre Nestlé Côte d’Ivoire en position pour une solide croissance sur la BRVM

(Agence Ecofin) – 2020 a commencé en fanfare pour Nestlé Côte d’Ivoire avec une hausse de 6000% de son bénéfice net au terme du premier semestre. L’entreprise confirme avec un premier dividende depuis 2016 qui offre une rentabilité record sur la BRVM

La valeur du titre Nestlé Côte d’Ivoire qui était de 625 FCFA à la fin de la séance boursière du 21 avril 2021 en hausse de 6,8%, devrait encore progresser dans les prochaines semaines. Après un chiffre record de 173 milliards FCFA en 2020, en hausse de 694,1%, l’entreprise a terminé l’exercice sur un bénéfice net de 20,8 milliards FCFA.

Ce résultat représente 1,5 fois sa valeur en bourse. Pour les investisseurs, cela signifie que le gain est supérieur à la valeur des placements qu’ils y ont effectués.

Sur les 12 derniers mois, l’action Nestlé CI a gonflé de plus de 200% générant des plus-values pour ceux qui s’y sont positionnés. L’entreprise avait alors annoncé une hausse de 59% de son bénéfice net. 

Il a été proposé que soit distribué un dividende de près de 9 milliards FCFA à ses actionnaires. Pour le public qui détient 19,14% des parts de l’entreprise sur la BRVM, cela représente une cagnotte de 1,53 milliard FCFA à se partager. Cela représente surtout un rendement de 58% sur la base du cours de clôture du 21 avril, en comparaison avec le rendement moyen du marché, qui était à 7,7%.

La question de fond reste toutefois celle de savoir ce qui a permis à Nestlé CI de réaliser cette performance, et surtout si elle peut se répéter. On a relevé une hausse du chiffre d’affaires, une baisse des charges et la plus-value réalisée sur la vente d’un actif.

Si son action est rentable dans l’immédiat, les chiffres du premier trimestre 2021 permettront de se faire une idée de la position à avoir entre le court et le long termes. Pour l’instant, la marge de progression est trop large ; ce qui devrait animer les journées sur la BRVM.

Idriss Linge

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Idriss LINGE

Source link

Capital Media

Read Previous

Paratus annonce la fin de la construction de son centre de données de Lusaka pour juillet

Read Next

the Tasmanian tiger was no wolfish predator — it hunted small prey

%d bloggers like this: