Avec son nouveau fonds africain de 50 millions d’euros, Goodwell cible des PME à la croissance rapide

(Agence Ecofin) – Goodwell V qui est annoncé pour le second semestre 2021 s’inspirera des véhicules précédents lancés par son gestionnaire. Au-delà des investissements de suivi, le fonds interviendra dans des secteurs ciblés sur le continent.

L’investisseur néerlandais Goodwell qui est présent en Afrique via ses équipes au Kenya, au Nigeria et en Afrique du Sud prépare le lancement au second semestre 2021, d’un nouveau fonds de private equity multisectoriel qui se focalisera sur des entreprises africaines de taille moyenne, évolutives et à la croissance rapide.

Disposant d’un capital de 50 millions d’euros, Goodwell V compte investir un tiers de ses capitaux dans le secteur financier, un quart dans l’agriculture et le reste dans la mobilité et les secteurs d’impact tels que l’éducation et la santé.

Le nouveau véhicule réalisera des investissements de suivi dans des structures déjà intégrées au portefeuille d’entreprises de Goodwell. Commentant l’initiative, Nico Blaauw, son directeur de la communication, a salué la résilience des entreprises financées sur le continent qui, en dépit de la crise sanitaire, ont amélioré leurs revenus.

« Les sociétés de notre portefeuille affichent une croissance moyenne de leurs revenus de plus de 50% par an. Elles ont pu résister à la pandémie […] Nous sommes convaincus que la voie vers une croissance inclusive en Afrique consiste à soutenir les entreprises en démarrage qui sont les mieux placées pour résoudre les défis critiques dans leurs communautés », a-t-il indiqué.

Goodwell V qui canalisera des capitaux d’investisseurs privés et family offices s’inscrit dans le prolongement des précédents fonds, tels que Goodwell IV lancé en 2018, et Goodwell Impact Privak mis sur pied en 2020.

Selon des estimations de l’investisseur néerlandais, l’Afrique avec sa population jeune et en forte croissance devrait abriter au cours de la prochaine décennie, certaines des économies en forte croissance au monde. Malgré ses atouts et avancées, le continent n’attire actuellement que 2 % des investissements mondiaux en private equity.

Chamberline Moko   

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

DNA-inspired ‘supercoiling’ fibres could make powerful artificial muscles for robots

Read Next

Malawi’s farm subsidies aren’t helping women: but there are solutions

%d bloggers like this: