Le sud-africain Absa Bank se tourne vers la SFI pour un prêt de 150 millions $ qui servira à financer des projets verts

(Agence Ecofin) – La SFI réalise son quatrième investissement dans la finance verte avec un acteur du secteur financier sud-africain. L’institution estime qu’il existe une opportunité d’investissement de 588 milliards $ dans l’atténuation du changement climatique dans certains secteurs en Afrique du Sud.

Absa Bank, ancienne filiale de la britannique Barclays Bank est sur le point d’obtenir de la Société financière internationale (SFI), un prêt pouvant atteindre 150 millions $ dans le but de développer ses activités de financement des projets respectueux de l’environnement. La SFI souligne qu’il s’agit « du premier prêt vert certifié en Afrique ».

« La transition verte de l’Afrique nécessite une mobilisation considérable de fonds […] L’accord avec la SFI renforce notre financement disponible pour des projets verts et notre position en matière de financement de projets renouvelables en Afrique du Sud », a commenté Jason Quinn, directeur général par intérim d’Absa Bank.

Au-delà du prêt, la filiale du groupe de la Banque mondiale en charge du secteur privé fournira des conseils techniques et partagera des connaissances sur les obligations et prêts verts avec le groupe bancaire coté sur la Bourse de Johannesburg. Absa Bank prévoit d’accroître ses financements en direction des projets liés à la biomasse et aux énergies renouvelables.

Cette opération marque le quatrième investissement de la SFI dédié à la finance verte dans le secteur bancaire sud-africain. Elle estime qu’il existe une opportunité d’investissement de 588 milliards $ pour l’atténuation du changement climatique en Afrique du Sud, d’ici 2030. Les banques commerciales qui fournissent déjà 67% de ces financements dans le pays sont mieux positionnées pour la saisir.

Chamberline Moko

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

le Parlement enquête sur une violation du quota d’employés étrangers dans les entreprises télécoms

Read Next

IMF / Tunisia, India, Uganda, and United States of America

%d bloggers like this: