L’éditeur de jeux vidéo Carry1st lève 6 millions $ pour se renforcer en Afrique

(Agence Ecofin) – Carry1st qui ambitionne d’être le premier éditeur de jeux en Afrique a attiré un groupe d’investisseurs dans le cadre d’une nouvelle levée de fonds. La ressource servira à soutenir son expansion sur le continent où il est déjà présent.

La plateforme d’édition de jeux Carry1st a clôturé un financement de série A d’un montant de 6 millions $. La société basée en Afrique du Sud et à New York a fait appel à un groupe d’investisseurs spécialisés dans le secteur des jeux et fintech. Le financement était dirigé par la société américaine de capital-risque Konvoy Ventures.

Carry1st lancée en 2018 par le Sierra-léonais Cordel Robbin-Coker (photo, au centre) et ses deux associés entend se positionner sur le marché des jeux vidéo en Afrique.

« En règle générale, la première chose que font les gens lorsqu’ils obtiennent leur premier smartphone est de discuter avec des amis et jouer. C’est la même chose partout dans le monde – l’Afrique n’est pas différente. Pour cette raison, nous voyons de plus en plus de joueurs mobiles à travers l’Afrique », a fait savoir Robbin-Coker.

La start-up qui sert d’éditeur régional pour des développeurs africains et internationaux a également renforcé son équipe de travail dans les 11 pays où elle est présente. Cet engagement fait suite à un financement de 2,5 millions $ obtenu en mai 2020 pour investir dans l’édition de jeux vidéo en Afrique.

Carry1st qui souhaite devenir le premier éditeur de jeux en Afrique a réalisé environ 1 million et demi de téléchargements avec Carry1st Trivia, soutient Robbin-Coker qui indique que ce jeu était le numéro 1 au Nigeria et au Kenya pendant « une bonne partie de l’année 2020 ».

Chamberline Moko

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

La lettre de M. Kabeya à Vodacom Congo

Read Next

A cave site in Kenya’s forests reveals the oldest human burial in Africa

%d bloggers like this: