Ata Capital désormais détenteur de 33,3 % du sud-africain Acrux Sorting Technology

(Agence Ecofin) – Pour sa première opération d’investissement sous l’ère de sa nouvelle CEO, Ata Capital a ciblé une entreprise du secteur minier pour une prise de participation. Mamedupi Matsipa est arrivée à la tête de la société de private equity en février dernier.

Le gestionnaire de fonds d’investissement Ata Capital est désormais actionnaire avec 33,3 % de parts détenues au sein d’Acrux Sorting Technology (AST), une filiale du spécialiste des extractions de matières premières, Acrux Resources.

A travers son véhicule Ata Fund I d’une taille de 473 millions de rands (34,4 millions de dollars), l’investisseur sud-africain a acquis un supplément d’actions au sein d’AST. La transaction conclue entre les deux parties a été annoncée le mardi 1er juin.

« Nous sommes ravis de nous associer à nouveau avec Acrux Resources. Cet investissement reflète notre confiance dans le potentiel et la valeur ajoutée des solutions d’AST », a commenté Lelo Rantloane, ancien CEO d’Ata Capital. Ata Fund I qui cherche à générer des rendements sur le long terme pour ses investisseurs a identifié Acrux comme une opportunité d’investissement à forte valeur ajoutée.

L’équipe d’Acrux prévoit d’utiliser les fonds qui seront mis à sa disposition pour mettre sur pied et exécuter son programme de développement durable, et aussi améliorer ses pratiques de gestion environnementale.

Cet investissement représente la première transaction réalisée depuis l’arrivée en février dernier de Mamedupi Matsipa (photo) à la tête d’Ata Capital. Cette ancienne de FirstRand Group et Goodwell Investments poursuivra le travail entamé par Lelo Rantloane qui a dirigé la firme depuis sa création, il y a 10 ans.

Chamberline Moko   

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Servan AHOUGNON

Source link

Capital Media

Read Previous

« Pour une Afrique résiliente, consolidons les infrastructures numériques » (Philippe Wang, Huawei)

Read Next

what it takes to make them safer

%d bloggers like this: