En rachetant 21 % de LendXS, IDH Farmfit Fund espère faciliter l’accès aux crédits pour des agriculteurs africains

(Agence Ecofin) – Face à la réticence des banques à financer le secteur agricole en Afrique, l’institution néerlandaise IDH Farmfit Fund a acquis des parts dans la fintech LendXS qui propose des services financiers et prêts aux agriculteurs sur le continent.

L’IDH Farmfit Fund, l’institution néerlandaise dédiée au financement de petits exploitants agricoles, a annoncé la prise d’une participation de 21 % dans le capital de LendXS, une fintech présente dans 4 marchés d’Afrique subsaharienne (Kenya, Ghana, Ouganda et Côte d’Ivoire) avec ses services d’octroi de crédits et solutions de gestion de risque destinées aux institutions financières.

« Le partenariat avec LendXS crée une synergie qui devrait débloquer l’accès aux crédits pour de nombreux agriculteurs. LendXS permettra aux banques rurales de mieux évaluer le risque et de réduire les coûts liés à l’octroi de crédits aux agriculteurs. L’IDH Farmfit Fund sera en mesure de soutenir ces banques avec un financement », a indiqué Roel Messie, directeur général d’IDH Farmfit Fund.

L’investissement intervient dans un environnement marqué par la réticence des banques à accorder des prêts aux petits agriculteurs d’Afrique, en raison de risques élevés dans ce secteur. Ils contribuent à faire monter les taux d’intérêt et limitent la possibilité pour des petites entreprises agricoles de solliciter des crédits.

Selon des données publiées par le Fonds, on estime à 270 millions, le nombre de petits exploitants agricoles qui ne disposent pas d’assez de ressources financières nécessaires pour investir dans leurs exploitations et les rendre rentables. Il prévoit de mettre sur pied des services de conseil et solutions technologiques au profit des institutions financières, afin de permettre à ces dernières de faciliter l’accès aux crédits pour de petits agriculteurs.

Chamberline Moko

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

Le Togo ouvre son premier data center, certifié Tier III

Read Next

Free beer, doughnuts and a $1 million lottery – how vaccine incentives and other behavioral tools are helping the US reach herd immunity

%d bloggers like this: