La Gambie sollicite l’expertise du Ghana pour développer son secteur des télécoms

(Agence Ecofin) – Longtemps parmi les mauvais élèves du continent pour la mauvaise préparation de son secteur des télécommunications, la Gambie veut tout changer. Le pays a décidé d’apprendre des autres pour tirer davantage profit des opportunités financières qu’offrent les TIC, Télécoms.

Une délégation du ministère gambien de l’Information et des Infrastructures de communication a séjourné au Ghana, à Accra, la semaine dernière. Elle est venue apprendre de l’expérience du pays hôte dans la gestion et le développement du secteur des télécommunications.

Selon Ebrima Sillah, le ministre gambien de l’Information et des Infrastructures de  communication, chef de la délégation gambienne, « cette visite  leur permettra de renforcer l’écosystème de l’innovation en Gambie, à travers l’adoption et la mise en œuvre des politiques et stratégies favorables à l’innovation, de promouvoir et de favoriser l’entrepreneuriat numérique en Gambie par le biais d’entreprises d’innovation dirigées par le gouvernement, d’améliorer l’environnement politique et réglementaire des TIC et d’assurer une utilisation accrue de l’infrastructure TIC et un meilleur accès aux services TIC ».

Dans l’ensemble des rapports d’organisations internationales, notamment l’Union internationale des télécommunications (UIT), la Gambie figure parmi les nations du continent avec un mauvais niveau de développement de l’environnement télécoms. Dans le Network Readiness Index 2020, Portulans Institute et Sterlite Technologies Limited classe le pays à la 21e place africaine pour sa maturité technologique, l’accès de sa population aux services télécoms, sa réglementation et la contribution du secteur télécoms dans l’économie. Sa moyenne est de 29,40 sur 100. Le Ghana occupe le 9e rang africain.

Avec un secteur télécoms mieux préparé, le ministère des Télécoms gambien pense que le pays pourra davantage bénéficier de plusieurs effets leviers pour son économie. Dans son rapport 2019 « Economic contribution of broadband, digitization and ICT regulation Econometric modelling for Africa », l’UIT estimait qu’un accroissement du taux de pénétration du haut débit mobile de 10% a le potentiel de faire croître le produit intérieur brut (PIB) de 2,5% ; une amélioration de la réglementation peut induire une croissance de 0,68% dans la numérisation ; un accroissement de la numérisation de 10% peut susciter une croissance de 1,9% du PIB. 

Muriel Edjo

Lire aussi:

07/09/2021 – Classement des pays d’Afrique selon le niveau de protection aux cyberattaques : Maurice leader depuis 2014

03/09/2021 – Les pays d’Afrique avec la meilleure qualité de réseau télécoms

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Muriel EDJO

Source link

Capital Media

Read Previous

China’s August exports to North Korea up for third month By Reuters

Read Next

chiffres d’affaires, résultats nets et … coût du risque en hausse au premier semestre 2021

%d bloggers like this: