L’assureur sud-africain Root lève 3 millions $ pour poursuivre son activité à l’étranger

(Agence Ecofin) – Ciblant le marché européen, l’Insurtech Root veut franchir une nouvelle étape en adressant de nouveaux territoires en dehors de l’Afrique du Sud, avec sa technologie centrée sur le développement de produits d’assurance, via des canaux numériques.

La plateforme d’assurance numérique Root a levé un financement de démarrage de 3 millions $ auprès d’anciens actionnaires et investisseurs providentiels. L’Insurtech sud-africaine prévoit d’utiliser cette ressource financière pour déployer sa technologie basée sur le développement de produits d’assurance via des canaux numériques dans de nouvelles zones géographiques.

Root qui affirme avoir observé « une forte demande de ses services sur le marché sud-africain » exprime à présent le besoin d’accélérer sa croissance à « l’échelle mondiale ». La start-up qui aide des entreprises et organisations à développer et vendre à leurs clients des polices d’assurance accessibles en ligne, et ce, sans passer par les traditionnels centres d’appel n’a pas spécifié les marchés dans lesquels elle compte se déployer.

Pour la société de capital-risque Invenfin qui a participé à cette levée de fonds, Root a de fortes chances de croissance sur d’autres marchés en dehors de l’Afrique du Sud.

« Nous avons suivi Root de près, au cours des dernières années, et sommes ravis de nous associer à l’équipe alors qu’elle entre dans cette nouvelle phase de mise à l’échelle de l’entreprise. Nous sommes convaincus qu’elle est positionnée pour avoir un impact massivement positif sur l’assurance, tant en Afrique du Sud qu’à l’étranger », a fait savoir Stuart Gast, directeur général d’Invenfin.

Sans donner de chiffres, la start-up lancée en 2016 affirme traiter mensuellement « des millions de polices d’assurance et des milliers de demandes d’indemnisation » pour le compte de ses clients constitués de fournisseurs de services financiers tels que Mr Price Money, FinChoice, Metropolitan et Guardrisk.

Chamberline Moko

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

au-delà de la célébration culturelle, la protection de l’environnement avec Orange Côte d’Ivoire et l’ANAGED

Read Next

Fed’s gradual tightening could be boon for some, says Armenian governor

%d bloggers like this: