Amethis cède toutes ses parts dans Velogic avec un ticket de sortie estimé à 18 millions $

(Agence Ecofin) – 8 ans après son investissement dans Velogic, Amethis quitte cette entreprise mauricienne. La fin de cycle de son premier fonds ayant servi à l’investissement initial justifie cette opération.

Amethis a annoncé ce 17 décembre, avoir cédé la totalité de ses 33,77% de parts dans le capital de Velogic, une société de logistique basée à Maurice et active dans l’océan Indien, et qui opère dans le transport et la logistique. La firme de private equity devrait toucher 790 millions de roupies mauriciennes, soit environ 18 millions $, selon des informations obtenues sur le processus.

C’est en 2013 que la société de capital-investissement a annoncé avoir réalisé son entrée au capital de Velogic, mais aucune information n’avait filtré sur le montant investi à cette occasion. La présente sortie est réalisée à travers l’introduction sur le compartiment des entreprises en développement du marché financier mauricien (Stock Exchange of Mauritius).

« Le succès de l’expansion de Velogic en Afrique de l’Est conforte notre stratégie d’investissement qui consiste à construire des champions régionaux africains de taille, pour exploiter l’essor du commerce africain. Nous sommes satisfaits de notre sortie via la Bourse de Maurice. C’est la deuxième sortie d’Amethis par le biais d’une introduction en bourse, et cela montre le dynamisme croissant des marchés boursiers africains », a fait savoir Khady Kone-Dicoh, associée chez Amethis, dans un communiqué. 

Amethis n’a pas donné le contexte de cette sortie d’investissement, alors que Velogic est présenté comme étant en pleine croissance. Selon la note d’information de l’introduction en bourse de la société mauricienne, le premier fonds d’investissement qui avait servi de véhicule pour l’entrée au capital de Velogic est arrivé à son terme. Ce qui justifiait une sortie logique.

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

la Sonatel a confirmé sa capacité à offrir la 5G à travers un second test de la technologie

Read Next

Sold-out supplies, serving a public need and other adventures of doing science during a pandemic – 4 researchers share their experiences

%d bloggers like this: