les agents Mobile Money sont en grève ce jeudi pour protester contre la taxe de 1,75% sur l’e-paiement

(Agence Ecofin) – Depuis qu’elle a été dévoilée dans le budget 2022 par le ministre des Finances le 17 novembre, l’e-levy est combattue aussi bien par des acteurs du secteur politique que des télécoms. Tous redoutent un impact négatif sur le marché en plein essor des paiements par voie électronique. 

Toute cette journée du jeudi 23 décembre s’annonce pénible pour les Ghanéens qui voudront envoyer, recevoir ou effectuer des paiements par Mobile Money. Les différents gérants des points de service d’argent mobile, réunis au sein de leur association, ont décidé de faire grève.

Ils protestent à leur tour contre la taxe de 1,75% sur les transactions électroniques que le gouvernement tient à imposer au marché télécoms. Ils ont déclaré qu’ils considèrent « ce prélèvement comme très régressif et critique pour la survie de nos entreprises ».

Les agents Mobile Money ne sont pas les seuls opposés à la taxe sur les transactions électroniques désirée par le gouvernement dans le budget 2022. Le groupe parlementaire minoritaire du National Democratic Congress (NDC), qui y est également opposé, s’est engagé à la rejeter par tous les moyens. Du côté des opérateurs télécoms MTN et Airtel, l’option choisie pour que cette taxe ne pèse pas trop sur les consommateurs c’est la réduction du coût des transactions de 25%.

La e-levy, dévoilée au Parlement le 17 novembre dernier par le ministre des Finances, Ken Ofori Atta, est depuis lors l’objet d’une vive critique de la part de différentes parties, notamment les consommateurs qui dénoncent une charge fiscale de plus qui risque de nuire aux efforts entrepris par le gouvernement depuis plusieurs années visant à transformer l’économie du Ghana et aboutir à une société sans numéraire. Lundi 20 décembre, un échange houleux qui a débouché en empoignade à l’Assemblée nationale a d’ailleurs opposé les députés de la majorité du New Patriotic Party (NPP) à ceux du NDC à propos de la e-levy.

Le gouvernement du Ghana demeure déterminé à faire passer cette taxe dans le budget 2022 pour soutenir entre autres l’entrepreneuriat, l’emploi des jeunes, la cybersécurité, le numérique et le développement des infrastructures routières avec l’argent récolté. Le Parlement a jusqu’au 18 janvier pour décider par vote si la taxe entrera en vigueur le 1er janvier 2022 ou non.

Muriel Edjo

Lire aussi :

02/12/2021 – Le Parlement ghanéen va revoir la taxe sur les transactions électroniques à la baisse

23/11/2021 – Ghana : le gouvernement impose une taxe de 1,75% sur les transactions électroniques

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Muriel EDJO

Source link

Capital Media

Read Previous

Argentina’s dollars leak away (again) as IMF talks near end-zone By Reuters

Read Next

OPay targets unbanked across Africa backed by SoftBank- The Asian Banker

%d bloggers like this: