les cimenteries cotées devraient terminer 2021 sur une hausse de 30,1 % de leurs résultats nets

(Agence Ecofin) – En dépit d’une année 2020 difficile, les producteurs marocains de ciment cotés sur la Bourse de Casablanca pourront améliorer leurs revenus cette année, du fait de la bonne dynamique des secteurs de l’immobilier et de la construction, et de la forte demande de ciment sur le marché local.

Au Maroc, les entreprises de cimenterie cotées sur la Bourse de Casablanca termineront l’année 2021 sur une note positive, avec une croissance estimée de 30,1 % de leurs résultats nets, selon les prévisions de CDG Capital Insight, publiées le 10 décembre, dans une note d’analyse sur le secteur du ciment. Cette croissance du résultat net sera soutenue par une forte progression de vente de ciment qui se poursuivra jusqu’à la fin de l’année, et une bonne tenue des secteurs immobilier et de la construction.

Cette dynamique attendue dans le secteur du ciment intervient après une année 2020 particulièrement difficile, du fait de la propagation de la covid-19 et des mesures gouvernementales mises sur pied pour y faire face. Bien que la pandémie se poursuive, les deux producteurs de ciment coté en bourse, à savoir : le groupe LafargeHolcim et Ciments du Maroc ont néanmoins affiché des conditions d’exploitation favorables.

Ainsi, au cours des neuf premiers mois de l’année 2021, le chiffre d’affaires consolidé des cimenteries cotées s’est élevé à 8,7 milliards de dirhams (939 millions de dollars) contre 7,4 milliards de dirhams, une année auparavant. Les ventes cumulées de ciment à l’échelle nationale ont atteint 10,2 millions de tonnes, en hausse de 18,3 % par rapport à la même période en 2020.

Avec la reprise de l’activité économique et plus singulièrement de l’activité de construction, la demande de ciment connaîtra une hausse de 13,6 %, d’ici la fin de l’année, fait savoir CDG Capital Insight.

Le document précise tout de même que les cimenteries cotées afficheront une baisse de 0,8 point de leur marge EBITDA, d’ici la fin de l’année, en raison de la hausse des coûts des matières premières et de l’énergie.

« Sur les six premiers mois de 2021, le coke de pétrole, principal intrant utilisé dans la production de ciment, a vu son prix augmenter de 86,3 % passant d’un prix moyen de 41,7 $/tonne sur la période de janvier à juin 2020 à 77,7 $/tonne sur la même période une année après », explique le document. Toutefois, poursuit CDG Capital Insight, cette hausse des intrants sera partiellement comblée par l’utilisation des combustibles alternatifs et d’autres mesures qui seront mises sur pied.

Chamberline Moko

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

FSB Europe Group discusses non-bank financial intermediation and third-party outsourcing

Read Next

Rate for : SWITZERLAND

%d bloggers like this: