les systèmes d’opération et de contrôle d’Angosat-2 mis en rodage, en prélude au lancement du satellite en 2022

(Agence Ecofin) – Depuis 2019, l’Angola attend avec impatience d’envoyer un nouveau satellite télécoms dans l’espace. La construction de l’équipement, qui a connu quelques retards, est déjà en cours de finalisation. Les vérifications des équipements connexes ont commencé dans l’attente du lancement.

Le Bureau de gestion du programme spatial national (GGPEN) a commencé à roder les systèmes d’opération et de contrôle au sol du second satellite de télécommunications du pays, Angosat-2, qui sera lancé dans l’espace au premier semestre 2022 depuis le site de Baïkonour en Russie.

Les équipements en rodage sont installés au centre de contrôle et de mission de satellite à Funda. Les activités en cours comprennent, entre autres, la réalisation d’inspections visuelles, la vérification de l’état de fonctionnement et l’observation des caractéristiques de performance des équipements de radiofréquence et de l’ensemble de l’infrastructure informatique installée dans le Centre.

Lors d’un entretien accordé à l’agence de presse publique Ria novosti, lors de son voyage en Russie en novembre dernier, le ministre angolais des Télécommunications et des Technologies de l’information et de la Communication sociale, Manuel Homem (photo), a déclaré qu’il a « toujours été important pour le gouvernement angolais que le satellite Angosat-2 soit lancé en 2022. Bien sûr, lors de la création d’un satellite, nous rencontrons toujours des défis et des problèmes ».

« Le premier semestre 2022 devrait être décisif pour la mise en œuvre du projet. Le travail qui sera effectué à ce moment-là montrera beaucoup de choses. Nous nous attendons à ce qu’aucune autre circonstance n’empêche nos spécialistes, qui sont très actifs, de remplir les exigences stipulées », a-t-il ajouté.

Le satellite Angosat-2 devait initialement être envoyé dans l’espace en 2021, mais les retards dans sa construction par Rocket and Space Corporation (RSC) Energia avaient contraint le gouvernement à changer de date de lancement. Afin d’éviter un nouveau report, la construction du satellite avait été retirée à RSC Energia en mai 2020 et confiée à Reshetnev Information Satellite Systems Company, filiale de la société spatiale d’Etat russe Roscosmos.

Dmitri Rogozine, le directeur général de Roscosmos, avait indiqué que l’Angosat-2 serait radicalement différent de son prédécesseur Angosat-1, construit par RSC Energia, lancé dans l’espace en décembre 2017 et finalement perdu quelques jours plus tard à cause de défaillances techniques.

Avec AngoSat-2, l’Angola veut acquérir sa souveraineté dans les télécommunications par satellite. Un atout qui contribuera à améliorer le taux de couverture télécoms dans le pays, indispensable à l’inclusion numérique des populations. Le 9 juillet dernier, en marge de la réunion des ministres des Télécommunications, des Technologies de l’information, Communication sociale, des Transports et de la Météorologie des pays membres de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), le secrétaire d’Etat aux télécommunications, Mário Augusto Oliveira avait déclaré que le satellite ne profitera pas uniquement à l’Angola mais à toute l’Afrique australe. 

Muriel Edjo

Lire aussi : 

03/09/2020 – C’est finalement en 2022 que la Russie lancera Angosat-2, le second satellite télécoms angolais

13/05/2020 – L’Angola a retiré à RSC Energia la construction de l’Angosat-2 pour la confier à ISS-Reshetnev Company

23/04/2018 – Le satellite Angosat-1 considéré comme perdu, l’Angola planche déjà sur Angosat-2

22/12/2017 – Angola : le premier satellite national, Angosat-1, sera propulsé dans l’espace le 26 décembre 2017

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Muriel EDJO

Source link

Capital Media

Read Previous

BlackRock adds diversity target for U.S. boardrooms By Reuters

Read Next

Alex Mubiru nommé directeur général par intérim du Cabinet du président Adesina

%d bloggers like this: