BGFIBank Gabon reçoit la certification AML 30000 pour son engagement dans la lutte contre le blanchiment de capitaux

(Agence Ecofin) – AML 30000 est une norme internationale de certification conçue pour lutter contre le blanchiment des capitaux, le financement du terrorisme et la prolifération des armes (LCB/FTP). Elle certifie la conformité technique et l’effectivité des dispositifs mis en place par la banque pour lutter contre ces fléaux.

BGFIBank Gabon a reçu le 27 avril dernier à Libreville, la certification AML 3000 (Anti-money Laundering (AML) indice 30000). Une certification délivrée par l’organisme Indépendant international Coficert qui démontre de l’engagement de la banque à garantir une meilleure transparence des transactions financières. 

« Cette certification atteste que le dispositif de lutte contre le blanchiment d’argent et du financement du terrorisme chez BGFIBank Gabon répond aux meilleures pratiques des normes internationales ainsi qu’aux fondamentaux du Gafi (Groupe d’Action Financière). La certification AML 30000 traduit non seulement de notre idéal, à savoir, la recherche perpétuelle de l’excellence dans la mise en œuvre de nos activités au quotidien, mais également, notre prise en compte effective des risques significatifs que le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme font peser sur la sécurité financière de nos Etats», a affirmé l’administrateur-directeur général de BGFIBank Gabon, Loukoumanou Waidi.

Pour postuler à cette norme internationale, BGFIBank Gabon s’est soumise à une évaluation assortie de plusieurs exigences. Notamment, l’évaluation des risques et l’application d’une approche basée sur les risques ; le devoir de vigilance relatif à la clientèle, les mesures relatives aux risques spécifiques et les responsabilités de la haute direction ; les mesures internes de lutte contre la corruption et la qualité des solutions informatiques.

Selon Cristian Mocanu, Board Membre chez Coficert, cette certification AML 30000, n’est pas « un chèque à blanc pour BGFIBank Gabon ». Elle devra continuer à travailler pour améliorer de manière continue sa politique dans la lutte contre le blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Car, cette certification est délivrée à BGFIBank Gabon pour une durée de trois ans, assortie d’un contrôle tous les ans.

BGFIbank Gabon devient ainsi la première à recevoir cette certification au Gabon et la deuxième du groupe. Car, l’on se souvient qu’en 2020, la filiale du Groupe BGFI en République démocratique du Congo l’avait obtenu.

Le groupe bancaire gabonais compte certifier également les dix filiales restantes.  « Nous avons pris la résolution de généraliser cette démarche dans l’ensemble du réseau bancaire en Afrique, en Europe, et de continuer à former l’ensemble des membres de notre réseau. Pour poursuivre cette dynamique, après le lancement du processus de certification AML 30000 dans toutes ces banques, le groupe BGFI mettra en place très prochainement au sein de sa business school, des parcours de formation, d’experts en conformité, en partenariat avec les institutions financières de renommée internationales », a annoncé Henry Claude Oyima, Président du conseil d’administration de BGFIBank Gabon. 

Dans le cadre de cette démarche, BGFIBank Gabon a été accompagnée par le cabinet d’avocats anglais Ashurst. L’évaluation a été réalisée par Maghreb Corporate.

Présent dans 12 pays en Afrique et en Europe, le Groupe BGFIBank, est leader sur son marché en Afrique centrale.

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

Airtel souhaite que le vandalisme d’infrastructures télécoms soit considéré comme une « infraction pénale »

Read Next

Why do we want what we like? New evidence from bee brains offers clues

%d bloggers like this: