British International Investment garantira à hauteur de 100 millions $ des prêts de CitiBank à des PME africaines

(Agence Ecofin) – Dans le cadre de son programme de financement du commerce et de la chaîne d’approvisionnement en Afrique et en Asie du Sud, British International Investment s’est engagé à couvrir des prêts qu’accordera la Citibank à des entreprises africaines.

L’institution britannique de financement du développement, British International Investment (BII), a annoncé ce mardi 17 mai, la conclusion d’un mécanisme de partage de risque de 100 millions $ avec Citibank. BII s’engage ainsi à couvrir les prêts qu’accordera la banque américaine à des entreprises africaines.

« Cet accord nous permettra d’élargir notre offre de financement et d’accroître nos prêts particulièrement à l’endroit des petites et moyennes entreprises (PME) qui ont un accès limité au financement […] Nous sommes ravis de nous associer à BII pour soutenir la croissance du financement des fournisseurs en Afrique subsaharienne », a indiqué Chris Cox, responsable mondial des solutions de commerce, de fonds de roulement, de trésorerie et de solutions commerciales chez Citibank.

Cette initiative s’inscrit dans le cadre du programme de financement du commerce et de la chaîne d’approvisionnement du BII, qui a permis à ce jour de soutenir à hauteur de 20,9 milliards $ des activités de commerce en Afrique et en Asie du Sud, grâce à des partenariats avec des institutions financières régionales et internationales.

Ce nouvel accord de financement augmentera jusqu’à 400 millions $ le volume de financement de la chaîne d’approvisionnement de Citibank en Afrique. L’institution américaine renforcera les besoins en trésorerie des grandes entreprises et des PME, à travers l’Afrique et stimulera de ce fait, l’offre de biens et services ainsi que le commerce intra-africain. En outre, cette facilité contribuera plus globalement à accroître les ressources financières pour des entreprises mal desservies sur le continent, y compris celles détenues par des femmes et des Noirs.

Chamberline Moko

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Kelly Chamberline MOKO

Source link

Capital Media

Read Previous

Safaricom ralentit le déploiement de la 5G en raison de la cherté des téléphones mobiles compatibles

Read Next

African scientists and technology could drive future black hole discoveries

%d bloggers like this: