un nouveau premier semestre tout au vert

(Agence Ecofin) – Ecobank CI qui a habitué ses actionnaires à des dividendes juteux depuis son entrée en bourse, achève un nouveau premier semestre en trombe, présage de solides résultats cette année, dans le continuum des performances historiques enregistrées depuis au moins 2018.  

Que ce soit son produit net bancaire (PNB) que l’on peut assimiler à son chiffre d’affaires, son résultat net, ou mieux les grands indicateurs du bilan, Ecobank Côte d’Ivoire sort d’un nouveau premier semestre faste, malgré un contexte mondial et domestique peu favorable. 

Alors que la crise sanitaire et la guerre en Ukraine continuent de doucher les espoirs d’une reprise économique vigoureuse, la filiale ivoirienne du groupe Ecobank a vu son activité progresser au cours des 6 premiers mois de l’année. Le PNB, sous les effets positifs de la marge nette d’intérêts et des produits hors intérêts, a de nouveau, augmenté, de 8% à 45,6 milliards FCFA, selon les résultats publiés par la Banque basée dans le quartier des affaires d’Abidjan, Le Plateau, le 27 juillet 2022. 

Baisse de 41% du coût du risque

Cette performance couplée à une baisse importante de 41% du coût du risque, un indicateur clé qu’Ecobank CI a eu du mal à maîtriser ces dernières années, tire la banque vers l’avant. Elle   achève ainsi cette première partie d’exercice avec un résultat net en hausse de 35,1% à 19,9 milliards FCFA, bonifié par une “gestion prudente”, apprend-on.  

En effet, la banque se devait de répondre à ses difficultés à maîtriser son coût du risque qui a, ces dernières années, érodé ses bénéfices. 

« Ce sujet est très important pour nous qui voulons tout faire pour maintenir notre coût du risque en dessous de 2%, tout en ayant une politique de provisionnement rigoureuse », avait confié à l’Agence Ecofin Paul Harry Aithnard.

Comme promis par son top management, la banque a poursuivi sa stratégie « visant à l’application stricte du dispositif prudentiel » afin « de renforcer la couverture des créances en souffrance » au cours de cette première partie de l’année.  Ainsi, « le relèvement de 12,5% des provisions sur créances en souffrance a permis de rehausser le niveau de couverture desdites créances à 86,8% ». A la même période l’année dernière, ce ratio tournait encore dans le sillage de 81,7%. 

Lire aussi : Paul Harry Aithnard, DG Ecobank CI : « le cœur battant du groupe Ecobank se trouve en Afrique de l’ouest francophone »

Crédits en hausse malgré les vents contraires 

En dépit de cette volonté d’assainissement et de la conjoncture économique morose ponctuée par le relèvement du principal taux directeur de la BCEAO, les financements nets (prêts et avances) accordés à la clientèle sont partis en hausse de 27,4% à 734,3 milliards FCFA à fin juin 2022.

Dans la même veine,  les dépôts collectés enregistrent une hausse de 11,5% sur la période, passant à 1287,7 milliards FCFA contre 1154,7 milliards de FCFA un an plus tôt. Pour les responsables de la banque, cette performance est tirée par « la digitalisation dans la collecte des dépôts et des différentes actions commerciales engagées ». On peut citer par exemple, la campagne de mobilisation de dépôts auprès de sa clientèle, lancée en avril dernier, et qui visait à aider le département clientèle privée, à augmenter de 75 milliards FCFA, les dépôts.

Lire aussi : Ecobank CI : chiffres d’affaires, résultats nets et … coût du risque en hausse au premier semestre 2021

Globalement, le maintien de ces indicateurs au vert a fortement contribué à doper le bilan de la banque ivoirienne, dont le total actif a atteint  1 637,8 milliards de FCFA, en hausse de 5,6% par rapport au 30 juin 2021. Résultats qui permettent à Ecobank Côte d’ivoire, chef de file des filiales d’Ecobank dans l’Uemoa, marché devenu le cœur battant du groupe, de s’approcher de NSIA Banque Côte d’Ivoire ou Société Générale CI encore très loin devant. 

Fiacre E. Kakpo

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Fiacre E. Kapko

Source link

Capital Media

Read Previous

Schiphol Airport says passenger caps to continue through October By Reuters

Read Next

Weekly Central Bank Survey: as on 22 July 2022

%d bloggers like this: