La BAD et l’ASEA lancent l’e-plateforme AELP, qui relie sept marchés de capitaux africains, d’une capitalisation boursière de 1500 milliards $

( BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT) – Dans le cadre du Projet d’interconnexion des bourses africaines (AELP) une plateforme électronique a été lancée (Trading Link de l’AELP), qui permet la négociation transfrontalière transparente de titres entre 7 bourses africaines, représentant 2 000 entreprises et une capitalisation boursière d’environ 1 500 milliards de dollars.

La plateforme de négociation Trading Link de l’AELP comprend l’intégration des marchés boursiers, un système d’acheminement des ordres et le partage des données du marché et du carnet d’ordres. L’AELP est une initiative conjointe de la Banque africaine de développement et de l’Association des bourses de valeurs africaines (ASEA). La Banque finance le déploiement progressif du projet confié à l’ASEA, grâce à un don du Fonds fiduciaire de coopération économique Corée-Afrique (KOAFEC).

Le lancement a eu lieu le 7 décembre 2022, en marge de l’assemblée générale et de la conférence annuelles de l’ASEA 2022, qui se déroulent à Abidjan, en Côte d’Ivoire, du 7 au 9 décembre 2022.

Des cadres dirigeants des bourses africaines, de la Banque africaine de développement, d’investisseurs institutionnels, de courtiers en valeurs mobilières et de la communauté des investisseurs ont assisté au lancement.

« Avec l’AELP, nous entrons dans une nouvelle ère des marchés de capitaux africains où tous nos membres vont progressivement effectuer des transactions transfrontalières d’une bourse africaine à une autre, a déclaré Edoh Kossi Amenounve, président de l’ASEA. Ce projet représente une grande opportunité pour les investisseurs et les émetteurs du continent. »

La première phase de l’AELP mettra en liens sept bourses de valeurs dans 14 pays africains : Maroc, Égypte, Nigeria, Kenya, Maurice, Afrique du Sud et pays de Union économique et monétaire ouest-africaine (Bénin, Burkina Faso, Côte d’Ivoire, Guinée-Bissau, Mali, Niger, Sénégal et Togo). Le Trading Link de l’AELP est entré en service le 18 novembre 2022, après une période de test bêta. Le système est déployé en partenariat avec DirectFN Ltd.

L’AELP propose également des programmes de formation à l’intention des praticiens des marchés financiers, portant sur les pratiques d’investissement transfrontalières et les règles d’investissement sur les marchés concernés. Des programmes de renforcement des capacités ont été dispensés aux régulateurs des marchés financiers, aux courtiers en valeurs mobilières, aux dépositaires, aux banques centrales et à d’autres parties prenantes. Un site internet dédié à l’AELP est en ligne à cette adresse : www.africanexchangeslink.com.

La Banque africaine de développement et l’ASEA ont également soutenu, ensemble, la création de l’Association africaine des courtiers et négociants en valeurs mobilières, qui se veut une plateforme panafricaine pionnière en matière de collaboration entre négociants en valeurs mobilières, sur l’intégration des marchés de capitaux et l’innovation des produits financiers.

« Nous sommes heureux de nous associer à l’ASEA tout au long de ce processus qui aboutira à l’opérationnalisation de la plateforme de négociation du Projet d’interconnexion des bourses africaines, a indiqué le responsable du Développement des marchés de capitaux de la Banque africaine de développement, Ahmed Attout. L’AELP est un projet de transformation qui s’aligne sur les cinq priorités “High 5” de la Banque africaine de développement, en particulier “Industrialiser l’Afrique” et “Intégrer l’Afrique”. » Il s’inscrit également dans le cadre de l’objectif de l’Accord de libre-échange continental africain, qui vise à établir un marché libéralisé pour faciliter les mouvements de capitaux, les investissements et l’intégration économique du continent. »

Pour plus d’informations, cliquer ici.

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : BANQUE AFRICAINE DE DEVELOPPEMENT

Source link

Capital Media

Read Previous

MTN teste la 4G+ en Guinée

Read Next

The oldest DNA ever found reveals a snapshot of a vanished world

%d bloggers like this: