« Des avancées assez encourageantes en zone UEMOA-CEMAC » (entretien avec Abbas Chérif)

(Agence Ecofin) – Dans un rapport qu’il vient de publier avec Abdul Rahaman Fifen, Abbas Chérif présente un état des lieux de la finance islamique en zone UEMOA-CEMAC. Il aborde également les avancées règlementaires dans le secteur bancaire ainsi que les initiatives gouvernementales et privées qui contribuent à développer ce marché financier. Il a bien voulu répondre aux questions de l’Agence Ecofin.

Agence Ecofin : Comment se porte l’industrie de la finance islamique des zones UEMOA et CEMAC actuellement ?

Abbas Chérif : L’industrie de la finance islamique en est à ses balbutiements dans ces régions. Mais on peut noter tout de même des avancées assez encourageantes de part et d’autre. Dans ces deux régions, on note des efforts assez significatifs des autorités de régulation afin de mettre en place un cadre règlementaire. C’est ainsi que dans la zone UEMOA, on a un marché Islamique des capitaux qui connait un dynamisme relatif avec sept émissions de Sukuk souverains depuis 2014. On compte environ 24 Instituions financières islamiques (banques, microfinances et Takaful) dans cette zone d’Afrique de l’Ouest francophone.

« C’est ainsi que dans la zone UEMOA, on a un marché Islamique des capitaux qui connait un dynamisme relatif avec sept émissions de Sukuk souverains depuis 2014.»

Il est également important de signifier que deux pays dans la zone UEMOA ont légiféré sur la pratique de la finance sociale islamique sous une certaine forme avec la mise en place d’une Haute Autorité du Waqf, notamment le Niger et le Sénégal.

La zone CEMAC quant à elle a connu huit initiatives de structuration de fenêtres islamiques, mais qui devront faire face à l’ère des demandes d’agrément.

AE : L’une des difficultés majeures des microfinances islamiques de la zone UEMOA est le non-accès au refinancement. Quel est l’impact de cette situation sur la santé financière de ces microfinances ?

Abbas Chérif : La zone UEMOA compte à ce jour environ 10 SFD islamiques, le capital social de ces SFD Islamiques (microfinances islamiques) est assez modeste allant de XOF155 Millions (€236 300) à XOF1 Milliards (€1 524 490). Nous n’avons à ce jour que 5 institutions de Takaful pour couvrir certains de leur risque, car l’assurance conventionnelle n’est pas éligible pour les transactions de finance islamique. A cet effet la BCEAO a fait le choix stratégique d’exclure les SFD de son guichet de refinancement qui de toute façon serait inéligible (en l’état) pour les SFD Islamiques à cause de la pratique de l’intérêt. Face à un tel tableau et en l’absence d’opportunité de refinancement viable, leurs ressources risquent de tarir assez rapidement au vu du besoin dans la région en produits conformes à la finance islamique. L’exposition de ces microfinances islamiques à tout type de choc les rend encore plus vulnérables surtout qu’elles ont toutes moins de 5 années d’existence.

AE : Qu’est-ce qui est fait pour résoudre ce problème ?

Abbas Chérif : La Banque Islamique de Développement (BIsD) a initié plusieurs projets nationaux de développement de la finance islamique qui mettent des lignes de financement islamiques à disposition des SFD Islamiques pour leur permettre de capter des ressources supplémentaires pour conduire leurs activités.

Les plus édifiants de ces projets sont le Projet de Microfinance Islamique du Sénégal (PROMISE) et le PNMP-CI Programme National de Microfinance Islamique de Côte d’Ivoire (PNMP-CI). Ces deux projets consacrent de façon cumulée, US$6 millions de ressources additionnelles sous forme de ligne de microfinancement islamique. Des cadres de coopération entre les Hautes Autorités du Waqf et les SFD islamiques sont également en projet afin d’apporter des ressources complémentaires à ces dernières.

AE : Dans la zone UEMOA, entre 2018 et 2022, le nombre de banques entièrement islamiques n’a pas évolué (2 uniquement), par contre, sur la même période, les microfinances entièrement islamiques sont passées de 1 à 7. A votre avis, qu’est ce qui peut expliquer cette situation et comment y remédier ?

Abbas Chérif : Les deux banques entièrement islamiques de 2018 à 2022 étaient détenues par Tamweel Africa Holding (TAH) qui compte la BIsD et la SID comme actionnaires. Certes plusieurs intentions d’ouverture de filiale lui ont été attribuées durant ces années, mais aucune à ce jour ne s’est véritablement concrétisée. A contrario, les 7 SFD Islamiques qui ont fait leur apparition dans l’UEMOA ont pour la plupart des investisseurs originaires de la région. De façon générale, on note une plus grande audace dans l’activité des institutions financières islamiques portées par des investisseurs privés locaux. Cette hypothèse se vérifie également avec CORIS Bank International à travers sa fenêtre Baraka qui a implanté 7 filiales dans la région sur la même période.

« De façon générale, on note une plus grande audace dans l’activité des institutions financières islamiques portées par des investisseurs privés locaux.»

Secundo, il faut reconnaitre que le niveau de capital requis pour constituer une Banque n’est pas le même qu’une microfinance ; cela pourrait expliquer également la plus grande facilité avec laquelle des microfinances islamiques sont créées.

Enfin, je pense que l’évaluation particulière des risques, la forte nécessité d’innovation et l’ingénierie financière que nécessite la finance islamique sont plus conformes à la vision et aux aspirations des SFD islamiques que celle des banques Islamiques (ou du moins de leurs investisseurs) dans l’UEMOA.

Ainsi, pour y remédier, je pense qu’il faut encourager plus d’initiatives privées d’investisseurs locaux et offrir des mesures incitatives aux actionnaires de TAH afin de les motiver à concrétiser les initiatives de filiale en Côte d’Ivoire, au Bénin et au Mali qui sont dans les tuyaux depuis plusieurs années.

AE : Etes-vous d’accord avec ceux qui pensent qu’il faut réformer le cadre règlementaire spécifique  à la finance islamique de la zone UEMOA ? Si oui quels sont les aspects prioritaires à revoir dans cette règlementation ?

Abbas Chérif : Pour ma part, je dirais plutôt qu’il faut le renforcer, pas nécessairement le reformer. En effet, quatre instructions, des contrats types, un guide de gouvernance émanant de la BCEAO, ont déjà été publiés, de nouveaux règlements et circulaires de l’AMF-UEMOA ont été adoptés tout ceci dans le but de prendre en compte les spécificités de la finance islamique. Mieux, une nouvelle loi de la Microfinance a été adoptée il y a quelques semaines et qui intègre la finance islamique dans ce cadre communautaire.

1 industrie« L’industrie de la finance islamique en est à ses balbutiements dans ces régions »

Les axes de renforcement du cadre règlementaire sont, premièrement, la publication d’un cadre comptable en remplacement du Référentiel Comptable actuel (RCB & RCSFD) qui prend en compte l’activité de finance islamique. Ainsi qu’un système de reporting adéquat permettant à tous de s’y conformer.

Deuxièmement, il faut impérativement mettre en place un cadre fiscal régional incitatif pour la finance islamique vu que cela pourrait même impacter le marché islamique des capitaux avec les risques de double taxation de certains produits.

Et pour finir, le Dispositif prudentiel des Institutions financières islamiques mérite également d’être encadré dans la zone UEMOA pour éviter une grande pénalisation quant au recours aux instruments participatifs.

AE : Contrairement à l’UEMOA, la zone CEMAC n’a pas à ce jour de marché islamique des capitaux. Qu’est-ce qui explique ce retard ? Comment accélérer la mise en place de ce marché ?

Abbas Chérif : Je pense que cela est dû au fait déjà que cette région n’a que très récemment unifié ses deux places boursières, ce qui rend ce marché peut être pas suffisamment mature et profond pour des émissions de Sukuk. Ensuite il faut dire que les états de cette région n’ont pas à ce jour saisi l’opportunité d’une émission souveraine sur ce marché. Pour accélérer la mise en place de ce marché, il faut déjà sensibiliser les Etats quant aux avantages des émissions de Sukuk souverains. Ce sont les Sukuk souverains qui ont rendu le marché islamique des capitaux plus dynamique dans l’UEMOA.

AE : Pourquoi la digitalisation des services financiers islamiques tarde à se mettre en place au sein des zones UEMOA et CEMAC ?

Abbas Chérif : La digitalisation des services financiers islamiques a du mal à se mettre en place dans ces deux régions, principalement à cause des coûts exorbitants des solutions des grands éditeurs internationaux.

« La digitalisation des services financiers islamiques a du mal à se mettre en place dans ces deux régions, principalement à cause des coûts exorbitants des solutions des grands éditeurs internationaux. »

Vous imaginez bien que pour une taille de capital déjà modeste, s’il faut investir en moyenne XOF200 millions à XOF400 millions pour acquérir un SIG, l’équation devient très difficile à résoudre. Le comble c’est que ces solutions arrivent pour la plupart avec le handicap du système comptable qui, dans bien des cas, aura besoin d’un paramétrage spécifique.

L’agilité des FINTECHS et leur appétit pour le “mobile money” qui est bien plus rependu dans ces régions, en font des concurrents assez redoutables avec qui l’ont préfère avoir des partenariats plutôt que de développer des canaux digitaux propres.

Propos recueillis par Chamberline Moko.




Abbas CHERIF est consultant en finance islamique, spécialistes des questions de la digitalisation des services financiers islamiques, de la finance agricole islamique et de l’analyse des données de la finance islamique. Il intervient dans divers pays de l’Afrique subsaharienne avec un focus particulier sur les zones UEMOA et CEMAC. Il a à son actif plus d’une vingtaine d’articles et de publications en français et en anglais sur divers thématiques de la finance islamique. 

 

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

Asian shares extend global sell-off as rate hopes ebb By Reuters

Read Next

Rate for : SOUTH AFRICA

%d bloggers like this: