José Carvalho da Rocha annonce la construction à 50 % du satellite AngoSat-2

(Agence Ecofin) – Le ministre angolais des Télécommunications, José Carvalho da Rocha, a révélé que le 2e satellite national de télécommunications est construit à 50 %. L’équipement spatial qui devrait être achevé cette année avant d’être envoyé en orbite terrestre en 2022, après divers tests techniques, est le fruit du protocole complémentaire au contrat de fabrication du satellite Angosat-1 envoyé dans l’espace en décembre 2017 par la Russie et perdu après quelques heures.

Selon les termes de ce protocole complémentaire signé entre l’Angola et la Russie, un nouvel échec d’une mise en orbite du nouveau satellite une fois sa construction achevée obligera une fois encore la Russie à construire un nouvel équipement spatial pour le pays lusophone d’Afrique.

Le contrat prévoit par ailleurs que dans l’attente du nouveau satellite, le potentiel numéro trois, la Russie devra encore mettre des signaux satellite à la disposition de l’Angola, à titre de compensation comme c’est actuellement le cas en attendant l’entrée en activité d’AngoSat-2.

Selon le Bureau de gestion du Programme spatial national (GGPEN),  l’un des signaux satellites de compensation mis à la disposition de l’Angola est en bande C. Il est fourni par le satellite russe AM7 exploité par RSCC, l’opérateur public russe de satellites de communications. L’autre signal, en bande KU, est fourni par le satellite européen Eutelsat 3B.

Lire aussi :

14/05/2019 – L’Angola confie à Airbus la construction et la mise en orbite du satellite AngoSat-3, après AngoSat-2

23/04/2018 – Le satellite Angosat-1 considéré comme perdu, l’Angola planche déjà sur Angosat-2

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

NSIA annonce la signature d’un accord de financement avec l’Agence Française de Développement (AFD)

Read Next

Fin novembre 2019, les banques commerciales marocaines cumulaient 29,1 milliards de Dirhams de créances non remboursées par les ménages

%d bloggers like this: