La rupture du câble Falcon au large du Yémen perturbe la connexion Internet en Ethiopie et au Soudan

(Agence Ecofin) – Depuis le 9 janvier 2020, certaines régions de l’Ethiopie et du Soudan connaissent des perturbations de l’accès à Internet. Des dérangements dus à la coupure du câble sous-marin de fibre optique FLAG Alcatel-Lucent Optical Network (Falcon) au large du Yémen.

L’infrastructure télécoms d’une capacité de 2,56 Tbps, longue de 10 300 kilomètres, est opérée par Global Cloud Xchange dont les équipes techniques sont actuellement à pied d’oeuvre pour restaurer le service.

La rupture du câble a été provoquée par une ancre de bateau. Selon Doug Madory, le directeur de l’analyse Internet pour Oracle Internet Intelligence, « l’ensemble du processus ressemble beaucoup à ce qu’il était dans les années 1860 lorsque nous avons commencé à poser des câbles sous-marins. La zone autour du canal de Suez et de la mer Rouge est très peu profonde, ce qui est à la fois mauvais, car il est très probable que les ancres coupent un câble, mais aussi bon, car il est plus facile de les réparer lorsque la rupture est en eau peu profonde ». Conséquences, l’interruption de service des suites de ruptures du câble se multiplie.

En Ethiopie et au Soudan, la multiplicité de solutions de connectivité auxquelles les deux pays sont connectés a tout de même permis aux fournisseurs de services télécoms d’atténuer les effets de la coupure du câble Falcon sur la qualité des services offerts aux consommateurs dans les régions touchées.

Lire aussi:

09/04/2018 – Retour à la normale de la connectivité Internet dans 6 pays d’Afrique, touchés par la panne sur le câble ACE

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

la Haute Cour de Johannesburg donne raison à l’assureur Old Mutual dans l’affaire qui l’oppose à son ancien CEO Peter Moyo

Read Next

le secteur de la microfinance a enregistré 90 milliards FCFA de créances en souffrance en 2018 (BEAC)

%d bloggers like this: