Le kényan Equity Group et la holding bancaire Atlas Mara peinent à s’accorder sur leur transaction à 99 millions $

(Agence Ecofin) – Equity Group, l’un des plus important groupe financier au Kenya et Atlas Mara, une holding bancaire cotée sur la Bourse de Londres, mais dont les activités se déroulent essentiellement en Afrique ne sont pas parvenus à se mettre d’accord, sur une transaction valorisée à 99 millions $. Dans son communiqué, Atlas Mara fait savoir que le deal risque de ne plus se faire selon les termes initialement annoncés.

“Bien que rien ne garantisse que la transaction en cours sera conclue selon les conditions précédemment annoncées, les parties continuent d’être engagées dans des discussions, dans le but de parvenir à des conditions mutuellement acceptables dès que possible au début de 2020. Une mise à jour sur l’évolution des choses sera faite aux investisseurs au moment opportun”, peut-on lire dans le communiqué d’Atlas Mara.

C’est en avril 2019 que les deux entités ont annoncé leur volonté commune de combiner leurs efforts en Afrique. Equity Group s’engageait à récupérer 4 filiales bancaires détenues par Atlas Mara dans des pays africains (Tanzanie, Mozambique, Rwanda et Zambie) en échange d’une ouverture de 6,3 % de son capital, à la holding financière britannique.

Si chez Atlas Mara on se montre optimiste quant à la possible conclusion de la transaction au cours de cette année même dans des conditions différentes, les médias kényans ont pour leurs parts, indiqué qu’Equity Group n’exclut pas la possibilité que les négociations se soldent par un échec. Les deux partenaires n’ont pas été assez transparents sur les points critiques qui causent les blocages dans leurs discussions.

Idriss Linge

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Agence Ecofin

Source link

Capital Media

Read Previous

Fin novembre 2019, les banques commerciales marocaines cumulaient 29,1 milliards de Dirhams de créances non remboursées par les ménages

Read Next

MDE et plusieurs chefs d’entreprises ivoiriens et espagnols, engagés pour la croissance des entreprises en Afrique

%d bloggers like this: