chiffres d’affaires, résultats nets et … coût du risque en hausse au premier semestre 2021

(Agence Ecofin) – Après une année 2020 performante, mais perturbée par la covid-19, Ecobank CI remet le couvert au terme du premier semestre 2021. La Banque ayant opté pour une généreuse politique de distribution, semble bien partie pour établir un nouveau record sur son bénéfice, mais a fort à faire avec son coût du risque.

Activité bancaire, crédits, dépôts en hausse, charges en baisse, Ecobank Côte d’Ivoire a reconduit ses performances de 2020 au premier semestre de cette année. Le bénéfice avant impôts du troisième plus important actif bancaire de l’Uemoa ressort avec une hausse de 31% par rapport à fin juin 2020, alors que son bénéfice net quant à lui, connaît une progression de 18%, à 14,74 milliards FCFA (26,8 millions de dollars).

Lire aussi : Ecobank Côte d’Ivoire annonce un dividende à nouveau en hausse pour 2020

Cette embellie est attribuable à la bonne tenue de l’activité bancaire, ainsi qu’aux stratégies de maîtrise des coûts mises en place par le top management de la Banque depuis trois ans. Ainsi, les revenus de l’intermédiaire financier ont augmenté de 8,2% à 42,3 milliards FCFA,  soutenus par un regain d’activités sur les opérations de change.

Les produits hors intérêts (commissions nettes) ayant augmenté de 50,9% à 13,4 milliards FCFA contre 8,9 milliards FCFA en juin 2020, ont atténué une baisse de 4,4% des revenus d’intérêts sur les opérations avec la clientèle. Ecobank CI se satisfait de la gestion de ses charges qui ont reculé d’environ 6,8%. 

« Le maintien de la discipline dans la gestion des charges d’exploitation ainsi que la mise en œuvre de certaines initiatives visant à les optimiser ont permis à la Banque de limiter le niveau de ces charges sur le premier semestre à 19,7 milliards FCFA, soit un recul de 6,8% (1,4 milliard de FCFA) », souligne l’institution dirigée par Paul Harry Aithnard.

Lire aussi : Paul Harry Aithnard, DG Ecobank CI : « le cœur battant du groupe Ecobank se trouve en Afrique de l’Ouest francophone »

Toutefois, la baisse de ses charges a été insuffisante pour contenir les effets de la hausse de 4,5% à 6,3 milliards FCFA du coût net du risque sur le résultat net. Une dégradation sur laquelle la Banque tempère et explique par sa politique d’assainissement du portefeuille, « visant à l’application stricte du dispositif prudentiel » afin « de renforcer la couverture des créances en souffrance ».  Grand chantier auquel s’attèle déjà Ecobank CI, qui indique qu’un « relèvement de 9,9% de ses provisions sur créances en souffrance » a déjà « permis de rehausser le niveau de couverture des créances douteuses à 81,7% » à fin juin. 

Confiance de la clientèle 

Troisième banque de l’Uemoa en matière d’actifs et de dépôts, Ecobank CI a continué à consolider sa position au cours de la première moitié de cette année. En effet,  son total bilan est enregistré à 1550,4 milliards FCFA, en hausse de 12,8% par rapport au 30 juin 2020 (1374,2 milliards FCFA). Cette progression a été soutenue principalement par la croissance des dépôts (+32,3%), les prêts ayant pour leur part connu un accroissement de 3,3%. 

Dans le détail, les dépôts collectés auprès de la clientèle ont explosé pour atteindre 1154,7 milliards FCFA, marquant un retour de la confiance, stimulée par la reprise de l’activité économique en Côte d’Ivoire, et la digitalisation ainsi que différentes actions commerciales engagées par l’institution bancaire basée à Abidjan Plateau.

Les crédits accordés à la clientèle (prêts et avances) quant à eux, connaissent une progression plus modeste de 3,3% à 576,6 milliards FCFA à juin 2021. Une hausse qui est surtout portée par l’augmentation des crédits à court terme.

Fiacre E. Kakpo

window.fbAsyncInit = function() {
FB.init({version: ‘v2.3’,appId: ‘103459506425194’, status: false, cookie: true, xfbml: true});
FB.Event.subscribe(‘comment.create’, jfbc.social.facebook.comment.create);
FB.Event.subscribe(‘comment.remove’, jfbc.social.facebook.comment.remove);
FB.Event.subscribe(‘edge.create’, jfbc.social.facebook.like.create);
FB.Event.subscribe(‘edge.remove’, jfbc.social.facebook.like.remove);
};
(function(d, s, id){
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) {return;}
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “https://connect.facebook.net/fr_FR/sdk.js”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));
(function(d, s, id) {
var js, fjs = d.getElementsByTagName(s)[0];
if (d.getElementById(id)) return;
js = d.createElement(s); js.id = id;
js.src = “//connect.facebook.net/en_GB/sdk.js#xfbml=1&version=v2.5&appId=103459506425194”;
fjs.parentNode.insertBefore(js, fjs);
}(document, ‘script’, ‘facebook-jssdk’));

by : Fiacre E. Kapko

Source link

Capital Media

Read Previous

La Gambie sollicite l’expertise du Ghana pour développer son secteur des télécoms

Read Next

the internal ‘magma filter’ that prompts ocean island volcanoes to erupt

%d bloggers like this: